RMC Sport

PSG-OM: Neymar et Alvaro risquent gros, les questions sur les affaires jugées ce mercredi

La commission de discipline de la LFP devrait se prononcer ce mercredi au sujet des accusations de Neymar contre Alvaro Gonzalez. Le n°10 du PSG assure que le défenseur de l’OM l’a insulté avec des termes racistes le 13 septembre dernier au Parc des Princes. Mais le Brésilien est lui-même accusé d’avoir tenu des propos racistes contre Hiroki Sakai et homophobes contre Alvaro. De lourdes sanctions pourraient tomber.

Qu’est-ce qui va être jugé?

C’est le gros dossier du jour pour la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), dont la réunion hebdomadaire va se tenir ce mercredi à Paris. Deux semaines et demie après la victoire de l’OM sur le terrain du PSG en Ligue 1 (0-1), les accusations de Neymar contre Alvaro Gonzalez vont être jugées. Le n°10 parisien assure que le défenseur marseillais lui a lancé des insultes racistes. Il s’en est d’ailleurs plaint immédiatement aux arbitres durant la rencontre, avant de partager son indignation plus tard sur les réseaux sociaux. Alvaro, qui ne s’est pas exprimé publiquement depuis le match, a nié en privé les propos reprochés.

La commission va donc essayer de faire la lumière sur cette affaire. A l’aide des vidéos qui lui ont été transmises par les diffuseurs (Téléfoot et beIN Sports), elle devra aussi déterminer si Neymar a tenu lui-même des propos racistes contre Hiroki Sakai, comme l’OM l'indique. Et si la star brésilienne a également prononcé des insultes homophobes contre Alvaro.

Quels joueurs sont concernés?

Neymar est impliqué dans les trois incidents potentiels qui vont être examinés par la commission. En tant qu’accusateur contre Alvaro Gonzalez. Mais aussi en tant qu’accusé face à Hiroki Sakai et ce même Alvaro. La star du PSG va être auditionnée en visioconférence à partir de 17h pour donner sa version des faits. Tout comme le défenseur de l’OM. Ils seront notamment accompagnés de leur traducteur respectif et des avocats de chaque club. Les deux joueurs ont déjà été entendus par l’instructeur en fin de semaine dernière. En revanche, Sakai ne devrait pas s’exprimer.

Quelles images vont être étudiées?

Ce dossier embarrasse la LFP à plus d’un titre. Parce qu’il s’agit des deux clubs les plus médiatisés de France et qu’une star mondiale comme Neymar est impliquée. La volonté est de ne pas faire de hiérarchie dans la gravité des actes et des insultes, entre homophobie et racisme, si ces accusations sont avérées. Mais la difficulté est de vérifier les insultes et d'avoir une certitude sur la teneur des propos. De source proche de l’OM, on explique que les insultes d’Alvaro sont compliquées à décrypter. Le PSG cherche à démontrer que l’Espagnol a employé les termes "mono de mierda" (singe de merde). Marseille et son joueur s’en défendent et assurent qu’une autre insulte a été prononcée à ce moment-là. Alvaro a juré devant l’instructeur, mais aussi ses dirigeants et ses supporters, qu’il n’avait tenu aucun propos à caractère raciste contre Neymar.

Concernant les insultes de Neymar à Sakai, la vidéo est également assez floue. Difficile d’affirmer à 100% que le joueur parisien traite le défenseur japonais de "chino de mierda (chinois de merde). L’OM pourrait d’ailleurs se servir de cette vidéo afin de démontrer qu’on ne peut avoir aucune certitude en matière de lecture labiale et que les conclusions dépendent des experts mis à contribution. Dans l'entourage du club olympien, on affirme en revanche que l’insulte homophobe proférée par Neymar serait en revanche plus claire à distinguer, dans les vidéos fournies à l'instructeur. Les deux joueurs ont d'ailleurs déjà reconnu qu’ils se sont copieusement insultés tout au long de la rencontre.

Quelles sont les sanctions encourues?

Le PSG et l’OM attendent les conclusions de la commission avec une certaine appréhension. L’affaire est suivie dans le monde entier et la gravité des faits étudiés pourrait conduire à de très lourdes sanctions contre Neymar et Alvaro Gonzalez. S’ils sont reconnus coupables d’avoir tenu des propos racistes et/ou homophobes sur la pelouse du Parc des Princes, les deux joueurs risquent jusqu’à dix matchs de suspension, selon le barème officiel.

Mais rien n’interdit la commission de se montrer encore plus sévère si elle le juge nécessaire. Dans ce cas, Neymar et Alvaro pourraient subir une sanction encore plus lourde. A moins que le dossier ne soit finalement classé faute de preuves suffisamment solides. Ou que seulement l'un des deux soit condamné. Tout est possible. Les décisions de la LFP sont attendues dans la soirée. A moins qu’un délai supplémentaire ne soit réclamé pour tout éclaircir.

dossier :

Neymar

Alexandre Jaquin avec Florent Germain