RMC Sport

Riolo : "Un OM-Monaco confus, fou et agréable"

-

- - RMC Sport

Retour sur la 15e journée de Ligue 1.

Mauvais en Coupe d’Europe cette semaine, l’OM et Monaco se retrouvaient donc pour l’affiche de notre piètre L1. Face à une équipe venue d’abord défendre, l’OM semble prendre le match comme il faut. C’est toujours aussi confus collectivement, mais l’enthousiasme est bon à voir. Marseille marque et ça sent alors le match enfin réussi pour l’OM. Le match est très ouvert. Tout est déséquilibré. Ça ne doit pas plaire aux entraîneurs, mais à voir, c’est agréable. Monaco réagit quasi immédiatement. Marseille défend mal et chaque contre de l’ASM peut faire mal. Dans cet ensemble précaire, Monaco profite des espaces pour mener 2-1 à la pause.

Le côté « grand boulevard » continue en seconde période. L’OM ne semble pouvoir s’en sortir qu’en mettant de la folie dans un match qu’il ne peut pas maîtriser. Diarra n’est pas aussi bon que d’habitude et ça se sent. Globalement, il y a beaucoup d’erreurs techniques, mais les intentions payent. 2-2. Reste qu’à chaque fois que l’ASM approche du but de Mandanda, c’est dangereux. Marseille est sur un fil. Ça attaque de façon confuse et ça défend n’importe comment. Ça laisse la porte ouverte à tous les rebondissements. La seule différence, c’est la tactique. Monaco sait ce qu’il fait, l’OM non. En position de 9, Coentrao met le but du 3-2. Le Portugais a beau être devenu un intermittent, il a vu plus de choses dans le foot que les trois quarts de l’effectif marseillais. Et au moment où on sent que l’équipe de Jardim va enfin contrôler le match, l’OM profite d’un mauvais repli défensif pour égaliser. 3-3, c’est la folie qui a dominé au Vélodrome.

Durant ce week-end de L1, on a vu deux débandades. Tout d’abord celle de l’OL, battu à domicile par le très faible Montpellier (2-4). Après La Gantoise, nouvelle claque pour Lyon. A croire que n’importe qui peut donc battre le récent deuxième de L1, son fabuleux centre de formation, son recrutement efficace (merci Florian Maurice et son flair) et son tout nouveau stade qui arrive. Pas de collectif, des individualités médiocres, un entraîneur largué et un président qui se débat avec sa com’, l’OL est bien malade. Oh rien de définitif, pas de panique. C’est la L1. Le reste n’est pas terrible, et il y a encore du temps pour un redressement. Mais ce qu’on voit était tellement prévisible. Croire qu’on ne va vivre qu’avec ses jeunes, une erreur. Le management, raté. Le recrutement raté, et c’est une habitude depuis plusieurs années.

Bon gardons une forme de mesure car en matière de gestion moisie, personne ne peut égaler Bordeaux. Si on met tout en proportion, budget, infrastructures… Le pire de notre L1, c’est Bordeaux. Mais j’ai trop parlé de ce club. Ça fait des mois que je souligne la nullité de ses dirigeants. Je préfère parler de Caen, deuxième du championnat et à qui je souhaite de plus en plus de terminer sur le podium. D’abord parce que ça récompenserait le travail de Garande, et ensuite pour que ça mette nos soi-disant « gros » le nez dans la merde. Caen joue avec une idée claire, un plan de jeu. C’est du contre. Mais pas en mode « petit ». On récupère et on sort à deux. Non. Caen verticalise vite mais ça sort en groupe. Le porteur à plusieurs solutions. Ça demande une grosse générosité, de l’effort. Rien de dingue, sauf en L1. Et s’il faut un symbole, c’est Delort. Il termine cramé, mais certainement heureux. Et cette équipe de Caen dégage une vraie sensation de plaisir.

Et pendant que les « pieds nickelés » Tavernost, Triaud et Sagnol chercheront peut-être à expliquer que jouer deux fois dans la semaine, c’est compliqué, Saint-Etienne, lui, montre que c’est bel et bien possible. 3-0 devant Guingamp, les Verts reprennent leur route. Comme je le dis souvent, Sainté prend là où il doit prendre. C’est pas clinquant parce que ça ne va pas briller contre un « gros » en prime time, mais au final, et même en jouant mal, il y a une forme de régularité plutôt efficace.

Sinon, ce week-end, on a encore vu le beau carnaval de la L1. L’OL battu par Montpellier. Toulouse qui ne ressemble à rien bat Nice ! Angers enfonce Lille sans effet Antonetti (qui croit à cette mascarade ?) Entrez, entrez mesdames et messieurs, notre foire du trône se porte à merveille…

Daniel Riolo Journaliste