RMC Sport

Ligue 2: "Les joueurs sont inquiets", assure Chambly, obligé de jouer à Clermont malgré 11 cas de coronavirus

Durement touché par le coronavirus, avec plus d'une dizaine de cas positifs, aussi bien parmi ses joueurs que son staff, Chambly doit tout de même jouer samedi soir à Clermont. Marius Delaunay, co-référent Covid-19 et directeur de l'organisation et de la sécurité du club, témoigne pour RMC Sport de l'inquiétude et de l'incompréhension de son groupe.

Onzième cas positif au coronavirus décelé parmi ses joueurs, le FC Chambly-Oise est tout de même contraint de disputer samedi soir (19h) son match de la 25e journée de Ligue 2 à Clermont. Cette décision est la conséquence d'une application stricte du règlement sanitaire, la dernière contamination n'ayant pas été constatée par un test PCR (mais un test antigénique). Au club, qui ne compte plus que 16 joueurs (dont l'entraîneur des gardiens contraint de sortir de sa retraite pour faire le nombre), l'incompréhension se mêle à l'inquiétude.

"Il y a le règlement, pas de problème. Mais il y a aussi la pratique", estime Marius Delaunay, co-référent Covid-19 et directeur de l'organisation et de la sécurité du club, contacté par RMC Sport. "On a eu de nombreux cas en très peu de temps, et des confirmations de variant anglais qui est beaucoup plus contagieux", observe-t-il.

"Pas le coeur à jouer"

"Il y a une condition sanitaire dans ce pays qui fait qu'on doit être tous vigilants. Au club, on vit ça très mal depuis deux-trois semaines", souligne Marius Delaunay. "Est-ce que c'est normal ou pas? Je ne peux pas répondre. En tout cas, on va jouer cette rencontre parce qu'on doit la jouer, mais on n'aura peut-être pas le coeur à ça".

Car au vu de l'évolution récente de la situation sanitaire au sein du club, "les joueurs sont inquiets", confirme le dirigeant. "Ils ont vu leurs copains atteints par cette maladie, couchés au lit, raconte-t-il. On est clairement touchés par le Covid, et quand on voit tout ce qu'il se dit dans les médias, on a le droits d'être inquiets. Encore plus mon président pour ses salariés".

"À titre personnel, j'aurais préféré que les garçons et l'ensemble de la délégation regagne Chambly pour s'isoler très rapidement", conclut Marius Delaunay.

JA avec Maureen Lehoux