RMC Sport

Barcelone-Atlético : les promesses de Lucas Hernandez

Lucas Hernandez, le défenseur français de l'Atletico

Lucas Hernandez, le défenseur français de l'Atletico - AFP

Lucas Hernandez, jeune défenseur français de l’Atlético Madrid, a fêté la première titularisation de sa carrière en Ligue des champions, ce mercredi face à l’Atlético Madrid (2-1). Et le jeune défenseur a marqué les esprits en rendant une belle copie face à la triplette Messi-Suarez-Neymar.

On l’avait aperçu lors du huitième de finale retour de Ligue des champions face au PSV Eindhoven. Mais ce mardi, Lucas Hernandez a fêté la première titularisation de sa carrière en C1 face au FC Barcelone en quart de finale aller (2-1). A tout juste 20 ans, le jeune défenseur de l'Atlético Madrid a connu un baptême de folie au Camp Nou face à la meilleure triplette d’attaquants au monde : Messi-Suarez-Neymar. De quoi donner le vertige. Mais le néo international Espoirs ne s’est pas démonté. Il a même livré un gros match aux côtés de Diego Godin en charnière centrale.

Profitant de l’absence de Stefan Savic, blessé, il a participé à repousser les assauts adverses pendant une heure alors que les Colchoneros étaient réduits à dix depuis l’expulsion de Fernando Torres (35e). Avant cela, il avait laissé apparaitre son caractère en s’écharpant avec Neymar en fin de première période (40e). Alors que le Brésilien s’agaçait d’une décision arbitrale, il s’est retrouvé front contre front avec le jeune Français qui ne s’est pas laissé impressionner pour autant.

Godin conquis

Au plus fort de la domination catalane, il a résisté comme avant-dernier rempart d’un bloc très bas et recroquevillé dans sa surface de réparation. Impeccable dans ses placements (hors-jeu de Suarez, 48e), le fils de Jean-François, ancien joueur professionnel, a évolué au niveau d’intensité très élevé de son équipe. Ce qui a conquis Diego Godin, son partenaire, qui n’a pas manqué de le haranguer à chaque intervention.

Mais cela n’a pas suffi et Luis Suarez a égalisé en devançant le jeune Français (63e), trop attentiste et surpris par le centre-tir manqué d’Alba qui s’est transformé en passe décisive. Le début d’une fin de match plus compliquée pour le natif de Marseille. Si sa responsabilité n’est pas engagée sur le deuxième but de l’Uruguayen, il aurait en revanche pu rentrer au vestiaire plus tôt que prévu après une grossière faute sur Neymar qui aurait pu lui valoir un carton rouge (78e). Simplement averti, il a pu tenir sa place jusqu’au bout pour participer à maintenir l’écart au score. Avant un match retour qui s’annonce bouillant mercredi prochain à Vicente-Calderon. Ce qui n’effraie pas Hernandez, imperturbable dans un Camp Nou qui a longtemps attendu la délivrance.