RMC Sport

Ligue des champions: le patron des arbitres à l'UEFA juge "inacceptable" la demande d'autographe à Haaland

Un des arbitres assistants de Manchester City-Dortmund (2-1), mardi soir en Ligue des champions, a demandé un autographe à Erling Haaland au coup de sifflet final. Pour une bonne cause mais cela a fortement déplu du côté de l'UEFA.

C'est ce qu'on appelle un recadrage en règle. Mardi soir, quelques instants après le coup de sifflet final de Manchester City-Dortmund (2-1) en quart de finale aller de la Ligue des champions, l'un des arbitres de touche a interpellé l'attaquant norvégien Erling Haaland dans le tunnel de l'Etihad Stadium pour lui demander... un autographe. Plusieurs, même, puisque l'officiel a fait signer son carton jaune, puis son carton rouge. Ce qui a grandement déplu au patron des arbitres de l'UEFA.

Dans un email envoyé aux différents officiels, et consulté par Sky Sports, Roberto Rosetti juge "inacceptable" ce comportement, et demande "de la dignité et du professionnalisme".

"Si vous voulez être respectés autant que les joueurs, pourquoi leur demandez-vous un autographe ou leur maillot?"

"Vous êtes responsables de votre comportement et de celui des membres de votre équipe lorsque vous êtes en mission pour l'UEFA, rappelle par écrit le dirigeant italien. (...) Si vous voulez être respectés autant que les joueurs, pourquoi leur demandez-vous un autographe ou leur maillot? Vous en demandent-ils autant?"

Et de poursuivre sur un ton aussi sec: "C'est tout simplement inacceptable, c'est une question de dignité. N'oubliez pas le nombre de caméras de télévision lors des matchs de l'UEFA - elles captent tout."

D'après Sky, ce mail a été envoyé le lendemain du match, donc mercredi. Or, depuis, la presse roumaine a révélé que l'arbitre en question, Octavian Sovre, a l'habitude de collecter des autographes pour organiser ensuite des ventes aux enchères afin d'aider financièrement un centre de thérapie pour des personnes atteintes d’autisme. Ce qu'a confirmé la fédération roumaine au média britannique.

"La meilleure interview est celle que vous ne donnez pas"

Par ailleurs, Roberto Rosetti conseille aux arbitres de rester le plus fermés possible, et de ne pas verser dans la pédagogie auprès des acteurs. "Vous n'avez pas besoin d'expliquer quoi que ce soit aux joueurs ou aux entraîneurs après le match, même si vous vous rendez compte que vous avez fait une erreur sur le terrain, indique-t-il. Admettez juste l'erreur auprès de votre équipe et de l'observateur. Contactez-moi si vous le souhaitez, mais ne demandez pas à voir l'entraîneur après le match pour expliquer ou vous excuser de votre erreur."

Et pareil en ce qui concerne la presse. "Souvenez-vous de ce qu'un ancien président de la commission des arbitres de l'UEFA nous a dit un jour: la meilleure interview est celle que vous ne donnez pas, lance Rosetti. Ne parlez pas aux journalistes des matchs que vous venez juste d'arbitrer." Bonne ambiance.

C.C.