RMC Sport

Ligue des champions: le Real Madrid assomme Liverpool avec un énorme Vinicius

Le Real Madrid a logiquement battu Liverpool ce mardi soir en quart de finale aller de Ligue des champions (3-1). Alors qu'on attendait Karim Benzema, c'est surtout le jeune Brésilien Vinicius Jr qui a enflammé la partie.

Les mésaventures du Barça au printemps 2019 rappelleront si besoin aux Madrilènes que rien ne sera plié avant le coup de sifflet final du match retour à Anfield. Mais tout de même... A la mi-temps de son quart de finale de Ligue des champions contre Liverpool, le Real est bien parti pour se hisser dans le dernier carré.

Ce mardi soir au stade Alfredo Di Stefano, ce "terrain d'entraînement" dixit Jürgen Klopp, la bande de Zinedine Zidane a assez nettement dominé les débats, et s'est logiquement imposée contre des Reds décevants (3-1). Mais toujours en vie, donc, grâce à ce précieux but à l'extérieur.

>>> Abonnez-vous à RMC Sport et profitez en exclusivité de la Ligue des champions

Le festival Vinicius, le cauchemar Alexander-Arnold

Longtemps, sur ses terres, le Real a semblé en mesure d'infliger une petite correction au club anglais. Mieux organisée au coup d'envoi, plus incisive, l'équipe espagnole a allumé quelques mèches. Jusqu'à l'étincelle. Alors que l'on attendait Karim Benzema, irrésistible dernièrement, elle est venue de Vinicius Jr. Parfois capable du pire, le Brésilien a montré le meilleur sur une passe en profondeur de Toni Kroos pour ouvrir la marque d'un superbe enchaînement contrôle de la poitrine, frappe croisée (1-0, 27e).

Un coup sur la tête des Reds, puis un deuxième, dans la foulée. En dedans depuis le début de la saison, et d'ailleurs "oublié" de la dernière liste de Gareth Southgate, Trent Alexander-Arnold s'est rendu coupable quelques minutes plus tard d'une vilaine tête en retrait interceptée par Marco Asensio. Petit ballon piqué par-dessus Alisson, 2-0 (36e). Ajoutez à cela une nouvelle énorme occasion merengue (43e), et vous comprendrez qu'à la pause, on ne donnait pas cher de la peau de Liverpool.

Un quart d'heure intéressant pour Liverpool, et c'est tout

Sans doute secoué par Jürgen Klopp, qui a d'ailleurs remplacé le pauvre Naby Keita dès la 42e, le champion d'Angleterre a eu le mérite de réagir en début de seconde période. Et même de réduire l'écart quand Mohamed Salah a hérité de la balle dans la surface sur un tir contré de Diogo Jota (2-1, 51e). Pour la première fois de la rencontre, l'absence de la charnière Ramos-Varane - ou la présence de la charnière Militao-Nacho - se faisait sentir. Mais l'embellie rouge n'a duré qu'un quart d'heure. Le Real a remis le pied sur le ballon, et le feu à la paire Phillips-Kabak. Et Vinicius a refait des siennes...

A la 65e, le Brésilien a profité d'une belle passe de Modric pour tenter sa chance en première intention au point de penalty et réussir le doublé (3-1), son tout premier avec l'équipe A du Real depuis son arrivée à l'été 2018. Souvent brouillon, ou frustrant, régulièrement maladroit, l'ancienne pépite de Flamengo a toujours vu les observateurs s'interroger sur son véritable niveau et son QI foot. Cette fois, il a mis tout le monde d'accord.

C.C.