RMC Sport

Ligue des champions: le Real Madrid retrouve les quarts, l'Atalanta s'est sabordée

Deux erreurs de relance ont coûté cher à l'Atalanta, battue 3-1 et éliminée par le Real Madrid en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Les buts espagnols ont été marqués par Benzema, Ramos et Asensio. Muriel, sur coup franc, a sauvé l'honneur du club italien.

Les plans de l'Atalanta avaient été ruinés à l'aller par un carton rouge. Elle s'est cette fois mise toute seule en difficulté. Le club italien s'est incliné 3-1 mardi soir sur la pelouse du Real Madrid, dans le cadre des huitièmes de finale retour de la Ligue des champions. Un résultat qui permet à l'équipe espagnole, déjà victorieuse 1-0 à Bergame, de se qualifier pour les quarts prévus les 6-7 et 13-14 avril (à regarder en exclusivité sur RMC Sport).

L'Atalanta a d'abord été plombée par Marco Sportiello, habituellement remplaçant de Pierluigi Gollini (ce dernier était d'ailleurs titulaire lors du premier acte). Une grossière erreur de relance au pied du gardien italien de 28 ans a permis à Luka Modric de donner un caviar à Karim Benzema, libre pour ouvrir le score et inscrire son 270e but avec le Real (34e minute). Il s'agissait surtout de la 70e réalisation en Ligue des champions de l'attaquant français, plus proche que jamais du record de Raul pour un joueur madrilène (71) et de la quatrième place du classement des meilleurs buteurs de l'histoire dans la compétition. Une preuve de plus, s'il le fallait, de la considérable contribution du "Nueve" pour la Maison Blanche.

Encore plus incontournable en l'absence d'Eden Hazard, pour la énième fois forfait, Karim Benzema avait déjà failli, d'une remise inspirée, permettre à Vinicius Junior de trouver la faille. Une lueur dans une prestation madrilène très moyenne, sans doute à cause du manque de liant entre l'attaque et le reste du 3-5-2 très prudent concocté par Zinedine Zidane. Ce schéma, inhabituel pour les Madrilènes, répondait sans doute à l'absence de l'incontournable porteur d'eau brésilien Casemiro, suspendu.

>> Abonnez-vous aux offres exclusives RMC Sport pour regarder la Ligue des champions

Un penalty pour enfoncer le clou

Réputée pour son hyperactivité et ses multiples menaces offensives, l'Atalanta a commis trop de maladresses techniques pour se créer suffisamment de danger dans la zone de vérité. Avant une double parade de Thibaut Courtois dans le dernier quart d'heure, le gardien belge a seulement eu du travail sur une belle occasion nette de Robin Gosens à la 3e minute. Il n'a toutefois rien pu faire sur le coup franc magistral de Luis Muriel (83e).

Ce but de l'attaquant colombien était de toute façon trop tardif. Entre temps, le Real Madrid avait déjà fait le break en profitant d'une perte de balle que Vincius Junior - auteur d'un improbable raté quelques instants auparavant - a su convertir en un penalty transformé par Sergio Ramos (60e). Il fallait alors trois buts à l'Atalanta pour renverser la situation. Idem quand Marco Asensio a répondu instantanément à la réduction de l'écart (85e).

Quart de finaliste l'an dernier pour sa première participation dans la compétition, l'Atalanta fait donc un pas en arrière. La dynamique est inverse pour le Real Madrid, qui retrouve les quarts de finale pour la première fois depuis 2018, après les déconvenues prématurées face à l'Ajax et Manchester City.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport