RMC Sport

PSG-Bayern: le pari gagnant Coman, bourreau de son club formateur

Formé au PSG, Kingsley Coman est devenu le bourreau de son ancien club ce dimanche en inscrivant l'unique but de la finale de la Ligue des champions remportée par le Bayern Munich (1-0). Une délivrance pour celui l'ailier français de 24 ans qui avait débuté sur le banc le Final 8 en raison de pépins musculaires.

La théorie des joueurs qui marquent contre leur ancien club se sera donc une nouvelle fois vérifiée. Au plus mauvais moment pour le PSG. Formé au sein du club de la capitale, où il est resté dix ans (2004-2014), Kingsley Coman restera comme celui qui a offert une sixième Ligue des champions au Bayern Munich. C’est lui qui a inscrit l’unique but de la finale remportée ce dimanche par les Bavarois face au PSG (1-0), à Lisbonne.

Absent lors du huitième de finale retour contre Chelsea (4-1) en raison de douleurs musculaires, puis laissé sur le banc au coup d’envoi lors de la démonstration face au FC Barcelone en quart (8-2) et lors de la demi-finale remportée contre Lyon (3-0), Coman signait son grand retour dans le onze de départ d’Hans-Dieter Flick.

Le technicien allemand avait fait le choix de l’aligner à la place d’Ivan Perisic, pourtant buteur à deux reprises lors de ses trois derniers matchs, pour bénéficier de sa vitesse et ses qualités de percussion. En bref, ce grain de folie qu’il est capable d’apporter à tout moment. Aligné côté gauche, avec une autre flèche derrière lui, l’international canadien Alphonso Davies, Coman est progressivement monté en puissance pour ses retrouvailles avec son ancien club, jusqu’à cette action dans le temps additionnel de la première période.

Parvenu à se faufiler sur le côté gauche de la surface parisienne, il a soudainement accéléré pour déborder Thilo Kehrer, avant de s’écrouler après avoir légèrement été accroché au niveau de l’épaule droite par le latéral allemand. Faute ? Penalty ? Pas pour l’arbitre italien Daniele Orsato.

Une revanche après toutes ses blessures

"Il y a un contact, Kehrer retient Coman par l’épaule, c’est une faute de main. Il pouvait siffler, je suis surpris qu’il n’aille pas consulter les images… Peut-être que le fait que Coman accentue sa chute incite l’arbitre à ne pas siffler, mais là…", a pourtant analysé Bruno Derrien, ancien arbitre international, au micro de RMC Sport à la mi-temps. Ce penalty non-sifflé aura peut-être décuplé la motivation de Coman. Car à la 59e minute de jeu, dans une période où la partie devenait de plus en plus tendue, c’est lui qui est venu délivré le camp bavarois d’une tête parfaite sur un service tout aussi bon signé Joshua Kimmich. Une belle revanche aussi pour Coman, pas franchement épargné par les blessures depuis le début de sa carrière et cette fois en forme au meilleur des moments.

Comme relevé par Opta, l'ancien joueur de la Juventus Turin est devenu le neuvième joueur français à marquer en finale de la plus prestigieuse des compétitions européennes, en inscrivant le 500e but du Bayern Munich dans cette C1. Un but qui envoie son équipe au paradis et brise les rêves parisiens. Du haut de ses 24 ans, Coman gonfle lui encore un peu plus un palmarès immense qui comptait déjà deux titres de champion de France, deux titres de champion d'Italie, cinq Bundesliga, entre autres. Il peut y désormais y ajouter la coupe aux grandes oreilles. La plus belle.

>> La Ligue des champions est à suivre sur RMC Sport, cliquez ici pour vous abonner à nos offres

RR