RMC Sport

PSG: pour Rothen, le trio Messi-Mbappé-Neymar "n'a pas existé" face à Manchester City

Logiquement battu par Manchester City mercredi soir en Ligue des champions (2-1), le PSG n'a pas réussi à punir les Skyblues en contre, comme au match aller. Pour Jérôme Rothen, cela s'explique en partie parce que le trio offensif Lionel Messi, Kylian Mbappé, Neymar, n'a pas été à la hauteur.

A force de subir cette saison en Ligue des champions, de jouer avec le feu, il fallait bien que le PSG finisse par s'incliner. Cela a été le cas mercredi soir, sur le terrain de Manchester City. Dominés de bout en bout, les Parisiens ont cru pouvoir réaliser un petit hold-up après l'ouverture du score de Kylian Mbappé en début de seconde période, mais Raheem Sterling et Gabriel Jesus ont finalement offert une victoire méritée aux Skyblues (2-1).

Méritée parce que l'équipe de Pep Guardiola a eu le contrôle du jeu, et parce que selon Jérôme Rothen, le PSG n'a même pas réussi à mettre un vrai plan de bataille en place.

>>> Abonnez-vous à RMC Sport pour regarder le PSG en Ligue des champions

"Je me disais que sur les trois, si au moins deux étaient en forme..."

"Je ne m’attendais pas à voir d’un seul coup le PSG qui se transforme, avec un Pochettino qui nous met un truc tactiquement en place, et respecté par ses joueurs, a ironisé le consultant RMC Sport mercredi soir dans l'After Foot. Je m’attendais à un bloc, très bas, qui joue les contre avec ses trois attaquants. Et je me disais que sur les trois, si au moins deux étaient en forme comme c’est le cas actuellement avec Mbappé, si en plus de lui Messi ou Neymar prenaient le relais, alors le PSG pouvait faire un coup sur un malentendu, comme depuis le début de la saison en Ligue des champions."

Ce n'a pas été le cas. "Le problème c’est que ces trois joueurs-là n’ont pas existé, pour plein de raisons, a poursuivi Rothen. Que ce soit sur l’investissement, les circuits, la cohésion d’équipe, le plaisir de servir les autres… Sur ça, on n’a rien vu. Le sapin de Noël mis en place au début s’est effondré en cinq minutes."

C.C.