RMC Sport

Arsenal: Et pourtant Emery n’était pas si loin de Wenger…

La direction d’Arsenal a décidé de licencier Unai Emery ce vendredi, au lendemain de la défaite des Gunners contre Francfort en Ligue Europa (1-2). En un peu plus d’une saison, le technicien basque ne possède pas un bilan si terrible mais paye surtout une grosse crise de résultat et son incapacité à briller dans les gros matchs.

L’aventure d’Unai Emery avec Arsenal a officiellement débuté le 23 mai 2018 et s’est achevée avec ce vendredi après un an, six mois et six jours à la tête de l’équipe première. Au lendemain d’une défaite à l’Emirates Stadium contre Francfort (1-2) lors de la cinquième journée de la Ligue Europa, la direction du club londonien a choisi de se passer des services du technicien basque. Freddie Ljungberg assurera l’intérim jusqu’à l’annonce du nom du remplaçant d’Unai Emery.

Face à la grogne des supporters et la pire série de matchs sans victoire du club depuis 1992, les dirigeants d’Arsenal ont réagi avec fermeté. Si les Gunners restent sur sept rencontres toutes compétitions confondues (deux défaites et cinq nuls), le bilan global d’Unai Emery se veut un peu plus flatteur à l’exception de la Premier League. Mais avec le pire début de campagne dans la compétition, et une triste huitième place provisoire du classement, il a fallu changer les choses rapidement pour tenter de sauver la fin de saison outre-Manche.

Le gros point noir: la Premier League 

Fort de son passage au PSG marqué par un titre en Ligue 1 et un jeu léché, Unai Emery semblait la solution idéale pour succéder à Arsène Wenger sur le banc des Gunners. Pourtant, à l’instar de l’Alsacien, le Basque n’a pas réussi à qualifier Arsenal pour la Ligue des champions. La faute à des résultats plus que décevants en Premier League. Lors des 51 matchs qu’il a dirigés en championnat, il a péniblement atteint les 49% de victoires (25 matchs) pour 13 nuls et 13 défaites.

S’il a obtenu le même nombre de points qu’Arsène Wenger (88 pts) le football pratiqué par l’équipe sous les ordres d’Unai Emery en championnat a laissé les supporters sur la faim. Quand les Gunners marquait 97 buts en 771 tirs tentés lors des 51 derniers matchs avec le technicien français, le nombre d’occasions a diminué sous la férule de l’ancien du PSG (629) et surtout Arsenal n’a que rarement réussi à l’emporter contre les gros. Et cela a commencé dès sa première sur le banc londonien avec une défaite contre le Manchester City de Pep Guardiola en ouverture de la saison 2018-19. Face aux autres membres du Big Six, Unai Emery possède un bilan défavorable de trois victoires, quatre nuls et six défaites.

La Ligue Europa pour (presque) sauver son bilan

Incapable de faire mieux qu’Arsène Wenger en Premier League lors de son passage à la tête des Gunners, Unai Emery est passé près de briller en Europe. Et notamment en Ligue Europa. La saison passée, le club londonien avait signé un sans-faute lors de la phase de poule. Après un superbe parcours, notamment contre le Stade Rennais ou Naples, le Basque et ses joueurs avaient buté sur le dernier obstacle en finale contre Chelsea. Sur ce point-là, en tout cas, le triple lauréat de l’épreuve avec Séville a confirmé l’incapacité des Gunners à gagner des titres continentaux. 

Passé tout près de sauver sa saison inaugurale à Arsenal grâce à un succès en Ligue Europa, l’ironie de l’histoire aura voulu que l’entraîneur de 48 ans soit licencié après une défaite dans cette compétition. Pire, si les Gunners ne parviennent pas à redresser la pente en Premier League ou en Coupe d’Europe, ils risquent bien de finir loin d’une place européenne. Avec huit points de retard sur Chelsea et la quatrième place en Premier League, Arsenal pourrait déjà jouer sa saison sur la Ligue Europa. De ce point de vue-là, Unai Emery a parfaitement assumé l’héritage d’Arsène Wenger, resté près de 22 ans sur le banc des Gunners.

>> La Premier League reste à suivre sur RMC Sport

Jean-Guy Lebreton