RMC Sport

Chelsea: Giroud explique pourquoi il a refusé l’OL cet hiver

Dans l’émission Téléfoot ce dimanche, Olivier Giroud est revenu sur le mercato hivernal qui l’a vu rester à Chelsea. L’international français de 33 ans, désireux de disputer l’Euro 2020, souhaitait gagner du temps de jeu en Italie, à l’Inter. Mais pas forcément en France où Lyon a pourtant tenté de l’attirer. En vain.

Annoncé avec insistance à l’Inter cet hiver, Olivier Giroud restera un joueur de Chelsea jusqu’à la fin de son contrat, qui s’achève en juin prochain. Le buteur des Blues et de l’équipe de France, peu utilisé lors de la première partie de saison par Frank Lampard, son entraîneur à Londres, a pourtant tout fait pour fuir une situation qui ne lui était pas favorable.

"Le plus intéressant, pour moi, c’était l’Inter, a-t-il rappelé dans l’émission Téléfoot, ce dimanche. Le problème, c’est que ça a traîné. Et au final, même si la Lazio était là, Tottenham aussi, ce n’était plus une question de savoir ou j’allais aller, mais plutôt de savoir si je pouvais partir. Vers la fin du mercato, J’étais bloqué."

Giroud "flatté de l'intérêt de Lyon"

Entretemps, l’Olympique Lyonnais, qui venait de perdre Memphis Depay sur blessure, avait tenté de convaincre l’avant-centre de l’équipe de France. "J’ai eu le président Aulas au téléphone, qui m’a fait part de son intérêt, a confirmé l’international français Olivier Giroud. Je lui ai simplement dit que j’étais flatté de l’intérêt de Lyon mais que ma priorité se portait sur l’Inter."

Conscient que le temps jouait contre lui, Olivier Giroud, à mesure que l’on se rapprochait de la fin du mercato, sentait qu’il allait rester à Londres pour le restant de la saison 2019-2020. L’ancien attaquant de Montpellier, champion de France en 2012 avec le MHSC, s'est alors réfugiait donc dans le travail, avec l’espoir au fond de lui, que sa situation sportive pour le moins délicate, finirait bien par s’améliorer.

Giroud: "Si je suis là, c'est que c'était le bon choix"

"Je savais qu’il ne fallait pas que je commence à faire la grève, que je foute le souk dans le club, le vestiaire, d’abord parce que c’est pas moi. Et aussi parce que je savais qu’il y avait une grande chance que je reste à Chelsea, confie l’attaquant des Blues. C’est pour ça que je suis resté irréprochable et professionnel jusqu’au bout. C’était dur. J’ai beaucoup prié et parlé avec ma mère. Si je suis là aujourd’hui, c’est que c’était le bon choix."

Pas toujours en réussite face au but (une seule réalisation, contre Tottenham en Premier League, depuis son retour), le Français a en tout cas retrouvé le temps de jeu qu’il espérait tant puisqu’il a enchaîné les titularisations, quatre toutes compétitions confondues, depuis le mois de février. 

QM