RMC Sport

Newcastle: viré après le rachat saoudien et lassé des insultes, Bruce pense arrêter sa carrière

Démis de ses fonctions d’entraîneur de Newcastle ce mercredi, Steve Bruce pense arrêter sa carrière pour ne pas faire subir de nouvelles critiques à sa famille. Le manager pourrait raccrocher après avoir fêter son 1 000e match comme manager.

Le couperet tant annoncé est tombé ce mercredi: Steve Bruce a été démis de ses fonctions de manager de Newcastle. Il n’a pas résisté à l’ambition des nouveaux propriétaires saoudiens du club et quitte le club quelques jours après avoir dirigé le 1 000e match de sa carrière, face à Tottenham (2-3). Cela pourrait aussi être son dernier.

"Je pense que cela pourrait être mon dernier travail, a-t-il déclaré au Telegraph quelques minutes seulement après son éviction. Il ne s'agit pas que de moi. Cela a fait des ravages dans toute ma famille car ce sont tous des Geordies (des fans de Newcastle, ndlr) et je ne peux pas l'ignorer."

>> Suivez toutes les infos mercato EN DIRECT

Bruce avait été nommé en 2019 dans l’hostilité des fans qui lui reprochaient son style de jeu. L’homme âgé de 60 ans ne se sent pas prêt à faire revivre ce genre de mésaventure à ses proches. "Ils se sont inquiétés pour moi… en particulier ma femme Jan, a-t-il ajouté. C’est une femme incroyable, fantastique. (...) J'ai 60 ans et je ne sais pas si je veux lui faire revivre ça. Nous avons une belle vie, donc, oui, ce sera probablement fini pour moi en tant que manager - jusqu'à ce que je reçoive un appel téléphonique d'un président quelque part me demandant si je peux leur donner un coup de main. Il ne faut jamais dire jamais, je l'ai appris." Une dernière phrase prononcée de manière ironique, selon le journal anglais.

"Tête de chou stupide"

Il pourrait alors tourner une page de 23 ans passée sur les bancs de Sheffield United, Huddersfield, Wigan Athletic, Crystal Palace, Birmingham City, Sunderland, Hull City, Aston Villa, Sheffield Wednesday et donc Newcastle. "Au moment où je suis arrivé à Newcastle, je pensais que je pouvais gérer tout ce qui m'était lancé, mais cela a été très, très difficile, poursuit-il. Je ne me suis jamais senti vraiment désiré, je sentais que les gens voulaient que j'échoue, les gens disaient que j'étais inutile, que j’étais un gros gaspillage, une tête de chou stupide, tactiquement inepte ou autre. Et c'était dès le premier jour. Quand nous obtenions des résultats corrects, c'était: 'oui, mais le style de football est nul' ou j'étais simplement 'chanceux'. C'était ridicule et persistant, même lorsque les résultats étaient bons."

Pendant ces deux saisons avec les Magpies, qu’il supportait enfant, il a maintenu le club dans l’élite (13e, puis 12e) même s’il le laisse à la 19e place. "Je voulais tellement que cela fonctionne, a-t-il ajouté. J'étais si fier d'être le manager de Newcastle United, même dans les moments sombres, j'étais déterminé à continuer et à garder ce club en Premier League. Les rumeurs de rachat grondaient en fond mais ils n'auraient pas acheté le club s'il avait été relégué. Tout le monde le savait. La seule tâche qui m'a été confiée était de maintenir le club en place. Il n'y avait pas d'argent pour remanier l'équipe. Le Covid a vidé les caisses du club, il n'y avait pratiquement rien à dépenser cet été. Les gens m'ont dit d'arrêter et si ça n'avait pas été Newcastle… j'ai refusé d'abandonner. Cette prise de contrôle devait avoir lieu pour que le club s'améliore. Cela devait arriver pour que Newcastle ait une chance d'être le club que nous pensons tous qu'il devrait être." Touché mais classe.

NC