RMC Sport

Super League: Boris Johnson salue le retrait des clubs anglais

Le Premier ministre britannique s’est réjoui ce mercredi de la non-participation des six clubs de Premier League à la Super League. Manchester City, Tottenham, Liverpool, Manchester United, Chelsea et Arsenal ont officialisé leur retrait de cette nouvelle compétition élitiste.

La coque aura tenu quarante-huit heures. Le temps de voler en éclat sous la pression populaire. A peine à flots, le navire de la Super League coule déjà à pic. La faute en partie aux clubs de Premier League, qui ont rapidement fait volte-face devant la vindicte populaire. Conspué par les fans, fracassé par les joueurs historiques, vomi par les médias, la nouvelle compétition élitiste a été rejetée en bloc par l’Angleterre.

Une terre où le foot national est roi et où les motivations personnelles des "grands clubs", au mépris des autres, se sont heurtées à une hostilité particulièrement forte. Manchester City a été le premier a officialisé mardi soir son désengagement de la Super League. Tottenham, Liverpool, Manchester United, Arsenal et Chelsea ont suivi. Les Gunners se sont même fendu d’un communiqué pour présenter leurs excuses aux supporters.

"Protéger notre sport national chéri"

Une situation dont se réjouit Boris Johnson. Le Premier ministre britannique a réagi avec satisfaction au retrait des six clubs anglais. "Je salue l’annonce d’hier soir, a-t-il écrit ce mercredi sur les réseaux. C'est une bonne décision pour les fans de football, les clubs et les communautés à travers le pays. Nous devons continuer à protéger notre sport national chéri".

Selon les différents échos dans la presse européenne, l’Inter, l’AC Milan et l’Atlético de Madrid devraient rapidement se retirer également de la Super League. Reste à savoir ce que vont décider la Juventus, le Barça et le Real Madrid, à l’initiative du projet via son président Florentino Perez. Difficile de les imaginer poursuivre seuls dans une aventure aussi décriée. D’autant que l’UEFA a déjà fait savoir que les clubs dissidents seraient réintégrés à ses compétitions s’ils faisaient machine arrière.

dossier :

La Super League

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport