RMC Sport

Roxana Maracineanu réclame la parité dans les fédérations sportives

Roxana Maracineanu a appelé ce lundi à du changement au sein des instances dirigeantes du sport français. La ministre déléguée aux Sports souhaite un nombre égal de femmes et d’hommes au sein des fédérations et ligues.

Première femme présidente de la Ligue de football professionnel entre 2016 et 2020, Nathalie Boy de la Tour ne sera probablement pas la dernière. Si le chemin semble encore long au sein des principales instances sportives en France, cela pourrait bientôt changer après la dernière proposition de Roxana Maracineanu.

En ce lundi 8 mars 2021, journée internationale des droits des femmes, la ministre déléguée aux Sports souhaite proposer à l’Assemblée nationale une loi obligeant fédérations et ligues à atteindre la parité parmi les dirigeants.

Développer la pratique sportive pour les femmes

Une prise de position forte pour l’ancienne nageuse olympique alors que la récente crise sanitaire a montré une baisse de la pratique sportive pour les femmes. Afin d’aider les sportives de tout niveau à se sentir bien et à oser pratiquer une activité, le membre du gouvernement souhaite faire évoluer les instances dirigeantes tricolores.

"L’accès au sport est un droit. Le sport permet de s’épanouir, être en bonne santé, s’émanciper, se construire, ou se reconstruire, a indiqué le ministre dans une série de message sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi avec les députés de La République en marche nous avons souhaité que la parité soit de mise au sein des instances dirigeantes fédérales et des ligues."

Maracineanu: "Une question de justice et d’égalité"

En changeant le sommet de la pyramide, Roxana Maracineanu espère ainsi ouvrir la voie aux plus jeunes et leur donner envie de faire du sport. La ministre déléguée aux Sports fait même de sa démarche un devoir.

"C’est une question de justice et d’égalité, a encore estimé la médaillée d'argent du 200m dos aux JO de Sydney en 2000. C’est aussi un moyen pour accueillir plus de jeunes filles dans le monde sportif. Avec plus de femmes à des postes à responsabilité, plus d’éducatrices, plus d’arbitres et plus de pratiquantes, le sport français aura tout à y gagner."

JGL