RMC Sport

Juve: la grosse erreur de Sarri avec Ronaldo dès le début de la saison

Selon le Corriere della Sera, Maurizio Sarri aurait commis une erreur dès son arrivée à la Juventus en allant rencontrer Cristiano Ronaldo sur son yacht privé. Le coach italien, qui été démis de ses fonctions samedi au lendemain de l’élimination en Ligue des champions face à l'OL, aurait donné les pleins pouvoirs au Portugais, au détriment des autres joueurs.

Et si Maurizio Sarri avait perdu des points avant même d’avoir débuté avec la saison avec Juventus l’été dernier? Limogé samedi, l’ex-entraîneur de Chelsea paye bien sûr la piteuse élimination de son équipe en huitième de final de la Ligue des champions vendredi soir face à l'OL (2-1). Mais celui qui a été remplacé par Andrea Pirlo a aussi été sanctionné pour d’autres erreurs.

D’ailleurs, Fabio Paratici a reconnu que ce départ était acté avant le match face aux Gones. "Ce genre d'évaluations résultent d'une saison", a justifié le directeur sportif de la Vieille Dame au micro de Sky.

Si le jeu pratiqué par son équipe a terriblement déçu, le technicien aurait commis une faute dès son arrivée l'été dernier. Fin juin, sa première grande décision fut d’aller rendre visite à Cristiano Ronaldo, en vacances sur son yacht privé sur la Côte d’Azur. Et lui aurait même demandé comment jouer et dans quelle position le joueur se sentirait le plus à l'aise.

Une avec CR7, l’autre sans

Selon le Corriere della Sera, Sarri reconnait que c’est au joueur d’aller rencontrer son entraîneur et non l’inverse. Il aurait d’ailleurs hésiter à se rendre à ce rendez-vous mais aurait agi sur la demande de Paratici. Mais ce n’est pas tout.

Après cette rencontre, Maurizio Sarri aurait annoncé à son groupe son intention de bâtir deux équipes, une avec CR7, l’autre sans. Une décision qui aurait eu l’effet de gonfler à bloc le moral du quintuple Ballon d’Or mais beaucoup moins celui de ses partenaires, lesquels auraient lâché progressivement sur le plan mental au fil de la saison. Suffisant pour remporter la Serie A, mais pas pour assurer le spectacle, ni pour aller loin en Ligue des champions.

ABr