RMC Sport

Serie A: la Juventus championne... comme d'habitude

La Juve a validé le 35e titre de championne d'Italie, le 8e de suite, de son histoire, ce samedi en s'imposant face à l'un de ses ennemis intimes, la Fiorentina (2-1). Une consolation pour la Vieille Dame, éliminée de la Ligue des champions cette semaine, après une saison maîtrisée de bout en bout en Serie A.

C’est une habitude et comme toutes les routines, elles sont là pour être brisées. Mais qui mettra fin à l’hégémonie de la Juve? Pour l’instant, personne. La Juve a été officiellement sacrée championne d'Italie, ce samedi après sa victoire face à l'un de ses ennemis intimes, la Fiorentina (2-1), lors de la 33e journée. Soit quatre jours après l'élimination en quarts de finale de la Ligue des champions par l'Ajax Amsterdam (1-2 au retour) qui était le grand objectif du club.

Car la Serie A ne résiste plus depuis bien longtemps à la Vieille Dame pour qui, le seul suspense qui persiste concernant, c’est la date à laquelle elle sera titrée. L’an dernier, il avait fallu attendre le 13 mai et le match nul des hommes de Massimiliano Allegri sur le terrain de la Roma (0-0) pour valider la conquête d’un septième Scudetto d’affilée, le 34e de l’histoire du club. La faute à un coriace Napoli, qui avait tout miser sur un trophée, pour offrir à cette équipe bâtie par Maurizio Sarri l’apothéose au palmarès que promettait son jeu flamboyant. A la place, la Juve avait offert un adieu doré à son idole Gianluigi Buffon.

35e titre de la Juve, le huitième d'affilée

Le football a perdu depuis longtemps quelques pans de son romantisme. La Juve est imbattable et le suspense réduit à néant. Pas le plus fun, mais impressionnant tout de même: huitième titre de championne d’Italie consécutif, 35 dans l’histoire du club (les supporters en comptent 37 avec les deux qui ont été retirés au club en 2004-05 et 2005-06 après l'affaire du Calciopoli). Si le retour en Serie A en 2007 s’était avéré un peu plus délicat, depuis 2012, sa domination est absolue. 

Tout n'est pourtant pas si simple et le club a su se renouveler. L'arrivée la plus médiatisée de l'été dernier demeure celle de Cristiano Ronaldo, parti avec fracas du Real Madrid et supposé apporter ce petit truc en plus, celui qui manque à la Vieille Dame pour tenter de conquérir la Ligue des champions. L'adaptation fut rapide pour le Portugais, auteur de 19 buts en 26 matchs de Serie A. 

L'éclosion de Bernardeschi, la percée de Kean

Après une expérience peu concluante à Milan, Leonardo Bonucci est rentré à la maison, retrouvant son compère Giorgio Chiellini. Emre Can est arrivé libre de Liverpool. Mais la nouvelle génération a surtout pris ses marques, entre l'impressionnant Federico Bernardeschi et surtout la révélation Moise Kean, buteur en forme du moment et à qui de belles heures sont promises en sélection italienne.

Le savoir-faire turinois est là: quelques modifications au sein de l'effectif pour ne pas tomber dans la fin de cycle. C'est ce que va de nouveau faire le club l'été prochain. L'arrivée d'Aaron Ramsey, en fin de contrat à Arsenal, est déjà bouclée. Les noms de Matthijs De Ligt, Ivan Rakitic, Tanguy Ndombele ou Nicolo Zaniolo circulent avec insistance... pour les prochains sacres d'une Juve qu'on n'imagine pas tomber de son piédestal de sitôt.

A.Bo