RMC Sport

JO 2021, football: les Bleus en pleine "leçon d'humilité" au village olympique

Les footballeurs démarrent leur tournoi olympique ce jeudi contre le Mexique (10h). L’occasion pour eux de prendre leurs marques au village olympique et de découvrir un monde bien éloigné de leur quotidien.

Les hôtels 5 étoiles sont bien loin. Le confort des centres d’entraînement et des installations de leurs aussi. A Tokyo, l’équipe de France de football se fond dans la masse au village olympique et se mélange à la délégation française.

>> JO 2021: les infos en direct

"Ce qui est génial, c’est que c’est déroutant, on vit quelque chose de totalement différent, commente le gardien des Bleus, Paul Bernardoni. On est au milieu de tout le monde, incognito, c’est une belle leçon d’humilité. Il y a une multitude d’athlètes. Tu manges à côté d’un mec qui a trois ou quatre médailles olympiques et il ne sait pas qui tu es, tu ne sais pas qui il est. Il y a plein de drapeaux, tout le monde fait des photos."

Un dépaysement total pour l’ensemble de l’équipe de France. "Lorsqu’on fait des compétitions on est dans notre hôtel en cercle restreint, on ne voit personne, poursuit Florian Thauvin. C’est une expérience différente, ça donne de la fraîcheur et je suis heureux de découvrir ça." Au village, les Bleus sont logés à la même enseigne que les autres sports. Lits en carton, appartements partagés à plusieurs, self en commun avec les autres délégations.

"Dans le foot, on est chouchoutés", remarque Bernardoni

"Ce sont des choses qui marquent, poursuit Bernardoni. Quand je vais en salle de muscu je suis guidé par notre prépa. Là, on voit des gens qui sont seuls, ça m’impressionne… Dans le foot, on est chouchouté alors que là les sportifs se préparent pendant quatre ans pour un concours, un combat qu’ils vont peut-être rater. Pour une carrière de footballeur c’est super enrichissant." Les jeunes joueurs aussi se sont pris aux jeux. "Mais il n’y a pas Usain Bolt donc il n’y aura pas de photo (avec d’autres athlètes, ndlr) pour ma part", plaisante le Nantais Randal Kolo Muani.

Ce n'est pas le seul regret pour l’équipe de France puisque elle ne pourra pas défiler lors de la cérémonie d’ouverture en raison de leurs déplacements à plusieurs endroits du pays (matchs à Tokyo, Saitama et Yokohama). "On aurait aimé participer à la cérémonie, confie Lucas Tousart. Je regardais ça quand j’étais petit mais ce n’est pas grave, il faudra y retourner pour revivre ça. Au départ, tu penses plus à faire une Coupe du monde, un Euro mais quand on s’est rendu compte qu’on pouvait participer à cet événement… C’est un aboutissement d’y être. On est très heureux d’être là même si on ne peut pas profiter des autres disciplines mais rien qu’être au village olympique et voir tous ces sportifs c’est un rêve éveillé."

Et Paul Bernardoni compte bien profiter de ce voyage à fond. "On est dans un pays extraordinaire, je ne connaissais pas mais j’y retournerai en vacances, c’est sûr." En attendant ses prochains congés il espère bien prolonger son séjour jusqu’au 7 août, date de la finale du tournoi olympique.

Nicolas Paolorsi à Tokyo