RMC Sport

JO 2021 (judo): Riner explique la petite erreur qui lui a coûté l'or olympique

Passé au micro de RMC ce vendredi, quelques heures après sa médaille de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo, Teddy Riner est notamment revenu sur le moment où tout a basculé dans son quart de finale perdu face au Russe Tamerlan Bashaev.

Ne lui parlez surtout pas d'échec, ni même de déception. Depuis qu'il a décroché la médaille de bronze ce vendredi au tournoi olympique de judo à Tokyo (+100kg), Teddy Riner se veut souriant, et se dit satisfait, à la fois de sa prestation et du résultat obtenu.

"Bien sûr que ça reste exceptionnel, a-t-il répété dans un débriefing avec David Douillet sur RMC, quelques heures après son quatrième podium olympique. J’aurais voulu avoir l’or, mais je sais que tout le travail que j’ai mis, que tout ce que j’ai fait pour aller chercher l’or, a compté pour ce bronze. Je n’ai aucun regret, j’ai fait tout ce qu’il fallait pour arriver au mieux sur ces JO. Je suis content de repartir avec le bronze et très fier de moi, très fier aussi de tous ceux qui m’ont accompagné."

>>> Les JO 2021 en direct

"J’essaie de le contrer mais simplement je me loupe, je n’attrape pas correctement le kimono"

Pour obtenir l'or, ou du moins s'en rapprocher, Riner aurait dû battre le numéro 1 mondial russe Tamerlan Bashaev en quart. Mais il s'est fait surprendre, ou piéger, dans le Golden Score. Un moment décisif, qu'il a tenté de décrire à froid.

"C’est la faute à pas de chance, il fait une technique où il ne me met pas du tout en déséquilibre, j’essaie de le contrer mais simplement je me loupe, je n’attrape pas correctement le kimono, et l’arbitrage juge que c’est lui qui me met en déséquilibre... Mais je m’en fous, assure-t-il. C’est fait, c’est fait. Ce que je retiens c’est que j’ai réussi à décrocher le bronze, et je suis très fier de moi."

"Nombreux sont ceux qui ont essayé de ramener une médaille des Jeux et qui se sont cassés les dents"

Si Riner insiste sur ce sentiment du devoir accompli, c'est que la préparation, entre le manque de sparrings, les blessures, et le Covid, n'a pas été simple. Et aussi parce qu'une médaille olympique, quel que soit le métal, doit être savourée.

"Nombreux sont ceux qui ont essayé de ramener une médaille des Jeux et qui se sont cassé les dents, rappelle-t-il. Je sais à quel point c’est dur. En obtenir une au terme d’une olympiade de cinq ans, franchement je suis content de moi. Je comprends que les gens se posent des questions, mais dans le sport de haut niveau, il y a beaucoup de choses que les gens n’arrivent pas à comprendre. Il y a tellement de sacrifices, de travail... Pour moi il y a aussi le poids des années, et je me suis pété deux fois à trois mois des Jeux."

"Je ne dis pas que je ne vais plus gagner, puisque j’adore ça gagner"

Malgré le temps qui passe, malgré la difficulté de se replonger dans des journées d'entraînement, Teddy Riner (32 ans) a confirmé vouloir pousser jusqu'en 2024 pour les Jeux olympiques à Paris. "Ça va être long, mais déjà je vais prendre un bon gros laps de temps pour récupérer, aérer tout ça et profiter de cette médaille, dit-il. Après on pensera à Paris 2024. L’avantage déjà, c’est qu’il n’y a pas de qualification, c’est un poids en moins."

Il n'empêche, un podium sera encore plus dur à accrocher que cette année. "Je ne dis pas que je ne vais plus gagner, puisque j’adore ça gagner, je vais travailler dur et remettre des choses en cause, promet-il. Mais ça fait depuis 2006 ou 2007 que je suis sur le circuit. Ok j’ai habitué les gens à la gagne, mais ça ne peut pas être tout le temps comme ça."

De toute façon, il y a d'abord l'épreuve mixte par équipes, samedi, puis les vacances. "Là j’ai juste envie d’être dans l’avion, peut-être avec la médaille d’or par équipe, et ensuite de profiter de ma famille", sourit Riner.

C.C.