RMC Sport

Agbegnenou : "Je ne suis pas encore assez affutée"

-

- - AFP

En cette saison olympique, Inside Rio sur RMC vous plonge dans les coulisses de la préparation de Yannick Agnel, Clarisse Agbegnenou, Kevin Mayer et Tony Parker. La judokate française était l’invitée ce dimanche de l’Intégrale Sport, au lendemain de sa victoire dans le tournoi de Paris.

Clarisse Agbegnenou, vous avez remporté le tournoi de Paris après une finale éclair. Parleriez-vous d’un tournoi facile ?

Ça a été une journée dure, même si tout le monde me dit qu’ils ne l’ont pas vue du même œil. J’ai essayé de mettre des choses en place, ça a bien fonctionné. J’espère que ça fonctionnera pour les autres compétitions.

On entend dire qu’il y a du nouveau dans votre judo. Pouvez-vous nous en dire plus ?

C’est un petit secret ! C’est déjà travailler un peu plus au sol parce que ça permet de s’économiser un peu plus debout. Samedi, j’ai marqué deux fois au sol. Et en plus contre une Japonaise, alors qu’elles sont censées être spécialistes au sol. C’est aussi être toujours devant, toujours à l’attaque, ne rien lâcher et être plus rapide. Ça a fonctionné et je travaillerai d’arrache-pied pour continuer et avoir de nombreuses médailles.

Ce travail devrait donc vous servir à Rio…

Il faut transformer ses défauts en force et emmener uniquement des choses positives. Il faut gommer ce qui n’est pas bon pour ne pas laisser la chance aux autres filles. A moi de ne pas encaisser et de faire l’affaire, et à moi d’être la première tout le temps.

Travaillez-vous aussi sur le judo de vos adversaires ?

Je fais de la vidéo. Déjà, je regarde mes combats après chaque compétition, pour voir comment j’ai gagné. J’ai aussi eu des échecs puisque je n’ai pas gagné tous mes matches par ippon donc il faut voir ce qu’il s’est passé, pourquoi, comment… Et je travaille aussi sur le judo de mes adversaires.

A quel pourcentage de vos capacités estimez-vous être ?

Je dirais 50 ou 60%. J’ai repris le judo depuis trois semaines et ça ne suffit pas. Je ne suis pas encore assez affutée ni assez prête. Mais quand je serai prête, je pense que ça va faire mal.

Comptez-vous un peu vous cacher de vos adversaires et éviter certains tournois ?

Je ne ferai pas tous les tournois, c’est sûr. Je vais me reposer et beaucoup m’entraîner. En revanche, je ferai tous les grands tournois : les Europe, le Masters. Mais pas les petits tournois qui les entourent.

Avez-vous conscience de commencer à faire peur à vos adversaires ?

Je commence à prendre conscience. Et en ayant regardé mes matches samedi soir, je me dis "ah, c’est vrai que j’ai mis un petit cran au-dessus". Et j’ai encore envie d’en mettre au-dessus pour qu’elles aient peur de moi et qu’elles se mettent le doute à chaque fois qu’elles me prennent.