RMC Sport

Coupe du monde: Kolbe revient sur son année "bénie"

Auteur du deuxième essai de l'Afrique du Sud dimanche, lors de la finale de la Coupe du monde remportée contre l'Angleterre (32-12), Cheslin Kolbe achève une année également ponctuée d'un titre en Top 14 avec le Stade Toulousain et du Rugby Championship avec les Springboks. Une "bénédiction", confie-t-il à RMC Sport.

En une année, Cheslin Kolbe aura fait une bonne moisson. Déjà vainqueur du Rugby Championship avec sa sélection et du Top 14 avec le Stade Toulousain, l'ailier de 26 ans a en prime remporté la Coupe du monde avec l'Afrique du Sud samedi, en ayant inscrit le deuxième essai des Springboks contre l'Angleterre en finale (32-12).

"Je suis béni et honoré"

"Je me sens béni en tant que joueur, d'avoir gagné le Top 14, le Rugby Championship, la Coupe du monde. Ce fut une année incroyable, résume le joueur au micro de RMC Sport. Je suis juste béni et honoré de faire partie des équipes du Stade Toulousain et des Springboks, d'avoir gagné tous ces trophées."

"C'est toujours bien de marquer un essai en finale, poursuit celui qui n'a connu sa première sélection qu'en septembre 2018. Quand il y a ce genre d'opportunités, vous voulez juste capitaliser là-dessus. Mais vous avez juste envie d'être vous même sur le terrain et faire ce qu'il faut pour votre équipe, pour rendre votre pays fier."

Confiance, honnêteté et entraide

Un pays fier d'avoir soulevé un troisième trophée en Coupe du monde et qui a souvent rebondi sur les succès de son XV pour tenter d'unir ses populations. A ce titre, Siya Kolisi, premier capitaine noir de l'histoire des Springboks, est un exemple.

"Faire partie de cette équipe, c'est un privilège. Avoir un coach comme Rassie Erasmus, un leader comme Siya Kolisi... Je suis ravi qu'il me donne cette opportunité en tant que joueur, estime Cheslin Kolbe. La confiance et l'honnêteté au sein du groupe ont été l'essence de cette équipe. On se serre les coudes pour être sûr que chacun puisse progresser." La recette du succès.

A.Bo avec M.Maury