RMC Sport

Stade Toulousain: la victime de la bagarre va porter plainte

Daniel Mienie

Daniel Mienie - AFP

Après avoir rencontré ce lundi le président du Stade Toulousain Didier Lacroix et le manager Ugo Mola, Thierry Barraque, victime selon ses dires de coups reçus lors d’une soirée par deux joueurs, Cheslin Kolbe et Daniel Mienie, a fait savoir à RMC Sport qu’il allait porter plainte ce mardi matin. Selon le club, les joueurs réfléchissent à en faire de même.

Ancien sponsor du Stade Toulousain, Thierry Barraque est depuis plusieurs jours au milieu d’une affaire dont il se serait bien passé. Mais comme relaté auparavant, la soirée du 7 avril qu’il a passée au Purple, établissement de nuit bien connu des Toulousains, et la violente altercation qui a opposé son fils et lui à quatre personnes, dont deux joueurs du Stade Toulousain, l’a poussé à rencontrer le président Didier Lacroix ce lundi soir. Car après plusieurs jours d’hospitalisation pour des côtes cassées et la plèvre touchée, tandis que son fils avait souffert de contusions au visage et d’une entorse au poignet, il était en mesure d’identifier ces deux joueurs, Cheslin Kolbe et Daniel Mienie, comme deux de ses agresseurs.

Or Thierry Barraque connaît bien Didier Lacroix et Ugo Mola. Il les a donc rencontrés pour savoir ce que le président et le manager du Stade Toulousain comptaient faire. "On a réussi à tomber d’accord. Didier Lacroix a vu ses joueurs et m’a dit qu’il ne disposait pas de tous les éléments pour les sanctionner sportivement. Mais que si je désirais porter plainte, je devais le faire. C’est donc ce vers quoi je me dirige".

Thierry Barraque déposera donc une plainte ce mardi matin, en compagnie de son avocat, contre Kolbe et Mienie. "Et finalement, ce n’est pas plus mal de laisser de côté la partie sportive", poursuit-il. Thierry Barraque n’a par ailleurs pas rencontré les deux joueurs, comme ça avait été envisagé.

Les joueurs décideront s'ils portent plainte

Lui affirme que c’est le club qui lui a proposé, mais qu’il avait refusé. "Ils étaient présents ce soir au sein des bureaux du Stade Toulousain, mais dans une autre pièce. On m’a proposé de les faire venir dans le bureau, mais j’ai refusé. S’ils avaient voulu me voir, il fallait le faire avant".

Mais le président Didier Lacroix nous a fait savoir que c’est la victime qui souhaitait les rencontrer, avant de se rétracter. Le club indique aussi qu’il n’a jamais, comme cela a été relayé, pris contact avec la victime pour "étouffer l’affaire". Et ajoute que les joueurs décideront également de leur côté s'ils portent plainte. "En l’état, et au regard des versions contradictoires des parties, il ne saurait être question de se substituer à l’institution judiciaire et prendre ainsi des sanctions à l’encontre de joueurs qui contestent leurs éventuelles responsabilités." C’est donc la justice qui devrait maintenant prendre le dossier en main.

VIDEO - Le best-of du Grand Week-End Sport du dimanche 15 avril

WT, à Toulouse