RMC Sport

VI Nations: le pays de Galles a soulevé son trophée de vainqueur mais vise plus haut

Sacrés par la défaite du XV de France face à l'Ecosse vendredi au Stade de France (27-23), les Gallois ont pu soulever le trophée de vainqueurs du Tournoi des VI Nations ce samedi. Mais le pays de Galles estime avoir encore une marge de progression.

Au lendemain de la défaite du XV de France contre l'Ecosse (27-23) au Stade de France, qui offrait le titre au pays de Galles, les Gallois ont pu soulever, dans leur centre d'entraînement situé à l'extérieur de Cardiff, le trophée du Tournoi des VI Nations. Une compétition que les Bleus ont terminée à la deuxième place - comme l'an dernier mais avec une défaite de plus - devant l'Irlande, les Ecossais, l'Angleterre et l'Italie.

Malgré sa victoire et ses performances offensives abouties, le XV de Galles n'est pas encore un "produit fini" et peut encore s'améliorer, a déclaré ce samedi son sélectionneur Wayne Pivac. Ils n'ont perdu qu'une seule fois durant cette campagne, contre les Bleus il y a une semaine en toute fin de match, et ont marqué 20 essais en cinq matchs, dont sept contre l'Italie et quatre contre l'Angleterre.

"Jouer comme nous l'avons fait face à la France nous donne beaucoup de confiance"

"Nous ne sommes pas un produit fini. Nous allons continuer à nous améliorer et à nous perfectionner", a lancé Pivac, qui n'avait vu ses hommes l'emporter qu'à trois reprises durant sa première année à la tête du pays de Galles. "Sans vouloir manquer de respect aux équipes telles que l'Italie, marquer quelques essais contre ce genre de sélections (est une chose, mais), il faut le confirmer face aux deux ou trois meilleures équipes du monde", a-t-il estimé. "Et jouer comme nous l'avons fait face à la France, même si nous avons manqué de peu (de l'emporter), nous donne beaucoup de confiance pour penser que nous sommes sur la bonne voie", a ajouté le Néo-Zélandais.

Wayne Pivac a prévu d'emmener son équipe en Amérique du Sud au cours de l'été pour de prochains test-matchs, si la pandémie de coronavirus le permet. "Des discussions sont en cours et j'aimerais penser qu'au cours de la semaine ou des deux prochaines semaines, nous serons en bien meilleure position pour parler des adversaires et des dates exactes", a-t-il déclaré.

"Pour l'instant, il s'agit de l'Uruguay et de deux tests en Argentine. Nous devons nous assurer que tout est conforme aux exigences du gouvernement en terme de Covid", a-t-il précisé.

A.Bo avec AFP