RMC Sport

Affaire Peng Shuai: selon Marion Bartoli, "cette mobilisation a certainement fait bouger les choses"

Marion Bartoli a abordé ce dimanche la situation autour de Peng Shuai et la disparition de la joueuse de tennis en Chine, après avoir porté des accusations de viol contre un haut-dignitaire du régime. Dans l’émission les Grandes Gueules du Sport sur RMC, l'ancienne joueuse française s’est réjouie de la publication d’images de la Chinoise, après une forte mobilisation internationale.

Portée disparue depuis le 2 novembre et un message posté sur les réseaux sociaux où elle accusait un ancien vice-Premier ministre chinois de viol, Peng Shuai a refait surface ce week-end, dans des photos et vidéos publiées par des journalistes proches des autorités chinoises. Souriante et apparemment en bonne santé, la joueuse de tennis de 35 ans semble aller bien.

Une opération de communication de la part du pouvoir chinois, destinée à calmer l’opinion internationale. Après la disparition de la spécialiste du double, aussi bien les stars du tennis que plusieurs pays se sont mobilisés pour exiger des nouvelles de Peng Shuai. Les dernières images de tenniswoman ont rassuré Marion Bartoli.

>> Tout comprendre sur l'affaire Peng Shuai

Bartoli: "On a réussi à faire bouger les choses"

"Les sportifs ont une voix qui est colossale. En particulier Roger Federer, Serena Williams, Naomi Osaka, Rafael Nadal… tous ceux qui se sont exprimés sur ce sujet-là. Roger Federer a un fan club colossal en Chine. C’est lui qui remplissait les stades à Shanghai. Lorsqu’il déclare quelque chose sur Peng Shuai, c’est écouté en Chine et c’est reçu par la population chinoise, a estimé l’ex-numéro 1 française ce dimanche dans l’émission les Grandes Gueules du Sport sur RMC. Cette mobilisation a certainement fait bouger les choses. Derrière, on nous a sorti des images prouvant qu’elle est en vie et qu’elle va bien. On a réussi à faire bouger les choses. C’est un immense succès. On a une preuve qu’elle n’est pas en train de croupir en prison et de faire une grève de la faim."

Bartoli a eu le "sang glacé" par les révélations de Peng Shuai

Marion Bartoli a été particulièrement touchée par l’histoire de Peng Shuai. Et pour cause, la joueuse chinoise a écumé le circuit WTA que la Française jouait. Lorsque Marion Bartoli s’est imposée en simple à Wimbledon, en 2013, la Chinoise s’imposait lors du tournoi de double. En tant que femme aussi, l’ancienne championne a été marquée par les révélations de Peng Shuai.

"Quand vous êtes une joueuse chinoise, il faut reverser 80% de vos gains au Parti car ils considèrent que si vous œuvrez pour la Chine à travers le monde, c’est grâce à eux que vous avez une chance de jouer au tennis", a rappelé Marion Bartoli ce dimanche dans l’émission les Grandes Gueules du Sport sur RMC.

Avant de poursuivre, émue: "Qu’elle ne puisse même pas s’exprimer sur quelque chose d’atroce qui lui est arrivé... Je ne sais pas si vous avez pu lire avant que ce soit supprimé. Elle avait dit avoir commencé une relation avec ce vice-Premier ministre chinois en 2008. Une relation à laquelle il avait mis fin lui-même car c’était un petit jeu pour lui. […] Selon ses déclarations, il la viole sous le consentement de sa femme qui montait la garde. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, cela me glace le sang rien que de le lire. Aujourd’hui, qu’on lui dise de ne pas s’exprimer car la Chine a une domination mondiale qui est beaucoup trop importante et que même si elle le dit cela ne changera rien et envenimera les relations politiques, c’est insupportable. C’est insupportable ! Pour moi, la mobilisation sportive est totalement légitime."

Bartoli salue les menaces de boycott contre la Chine

Si la Chine a fini par céder et publier des images de Peng Shuai, c’est en particulier grâce à la mobilisation internationale. Aussi bien dans le monde du tennis que de la part de certains gouvernements. Le pays asiatique s’est retrouvé acculé sur le plan diplomatique.

Pire, la WTA ou certains joueurs et même le président américain Joe Biden ont menacé de boycotter les prochains événements sportifs organisés en Chine, comme les JO d’hiver de Pékin dans qulelques mois ou les prochains tournois de tennis.

"J’ai vu que Joe Biden avait appelé au boycott des Jeux olympiques, a souligné Marion Bartoli. Je ne sais pas si cela aura lieu car ce sont toujours des espèces de systèmes de pression. Mais on voit que les choses commencent à bouger et cela me fait vraiment plaisir. Steve Simon, le patron de la WTA, a eu des déclarations vraiment fortes et je souligne son courage car il y a de gros enjeux financiers en Chine. Actuellement, avec les nouveaux contrats qui vont être signés par la WTA et l’ATP, la WTA sera autosuffisante sur le plan financier et n’aura plus besoin de l’argent de la Chine. C’est aussi une des raisons pour laquelle elle peut se permettre ce mouvement de pression. […] Il y a eu des avancées positives, même si on espère que cela va continuer dans le bon sens."

Jean-Guy Lebreton Journaliste RMC Sport