RMC Sport

Acapulco: hué par le public, Kyrgios sort Nadal dans un contexte houleux

Au terme d'un match très disputé face à Rafael Nadal, Nick Kyrgios a validé son ticket pour les quarts à Acapulco (3-6, 7-6 [2], 7-6 [6]). Mais, malgré sa belle performance, l'Australien s'est encore attiré les foudres de son adversaire et du public.

Rafael Nadal a décidément du mal avec Nick Kyrgios. Le Majorquin s’est incliné pour la troisième fois en six confrontations face à l’Australien, ce jeudi, en huitièmes de finale à Acapulco (3-6, 7-6 [2], 7-6 [6]). Un combat qui a duré plus de trois heures et aurait pu se solder par une victoire de “Rafa”, qui s’est procuré trois balles de match dans le tie-break du 3e set. Mais Kyrgios, qui n’avait pas encore réussi à enchaîner deux victoires depuis le début de l’année, a fait preuve d’une abnégation rare pour revenir et l’emporter sur une faute directe de son adversaire.

Comme à son habitude, l’Aussie a alors fait le show en chambrant le public, largement acquis à la cause de Nadal, de manière ostentatoire. Sous la bronca, Kyrgios s’est touché l’oreille pour signifier aux spectateurs qu’il n’entendait plus leurs critiques.

"Il manque de respect"

Soixante-douzième joueur mondial, l’Australien a pris la fâcheuse habitude de souffler le chaud et le froid depuis de longues saisons. L'an dernier, il avait écopé d'une amende pour avoir mimé une masturbation.

Doté d’un talent indéniable, il s’est encore attiré les critiques au Mexique. De la part du public, qui l’a copieusement hué, donc, mais aussi de son adversaire du soir, Nadal, qui n’a visiblement que très peu goûté le comportement de son cadet, qui s’est notamment offert le luxe de servir une première balle à la cuillère. “Il manque de respect au public, à son rival et à lui-même”, a asséné le Taureau de Manacor après la rencontre, même s'il a également reconnu que c'était "un joueur qui a un énorme talent". La poignée de main entre les deux joueurs a d’ailleurs été glaciale.

Au prochain tour, Nick Kyrgios aura de nouveau droit à un match de gala face à un vainqueur de Grand Chelem, le Suisse Stan Wawrinka.

dossier :

Rafael Nadal

Timothée Loubière