RMC Sport

Dopage : pour Nadal, il n’y a "pas une guerre France-Espagne"

-

- - AFP

Après sa victoire face à Alexandre Zverev à Indian Wells, Rafael Nadal est revenu sur sa volonté d’attaquer en justice Roselyne Bachelot, l’ancienne ministre française des Sports, qui a l’a accusé de dopage. L’Espagnol assure que cette affaire n’a rien d’un conflit entre les deux pays.

C’est un règlement de comptes personnel. Pas une affaire d’Etat. Voilà le message que Rafael Nadal a souhaité faire passer. Après sa victoire face à Alexandre Zverev la nuit dernière à Indian Wells (6-7, 6-0, 7-5), le Majorquin est revenu sur le conflit à distance qui l’oppose à Roselyne Bachelot. Lors d’une émission sur D8, l’ancienne ministre des Sports, a estimé que la longue absence de Nadal en 2012 était liée à un contrôle antidopage positif et non à une blessure au genou.

Nadal : « J’aime la France »

Si l’ancien n°1 mondial, qui va porter l’affaire en justice, n’a pas du tout apprécié ces accusations, il ne veut pas en faire un clash entre les deux pays. « Ne prenez pas les mots malheureux d’une dame pour en faire une guerre entre la France et l’Espagne, parce que ce n’est pas le cas, a-t-il affirmé. Sincèrement, j’aime la France. J’aime ce pays où j’ai connu le plus de succès dans ma carrière (neuf victoires à Roland Garros) ».

dossier :

Rafael Nadal