RMC Sport

Nadal est-il toujours seul sur terre ?

-

- - -

Le forfait de Novak Djokovic à Monte-Carlo laisse le champ libre à l’Espagnol sur le premier tournoi de terre battue de la saison. Mais Nadal a peut-être trouvé un adversaire à sa taille pour les autres échéances, notamment Roland-Garros…

Monte-Carlo, il y a ceux qui en rêvent et celui qui le snobe. Novak Djokovic fait partie des rares joueurs à pouvoir faire l’impasse sur un tournoi de cet acabit sans s’inquiéter plus que ça. La raison officielle ? Une douleur tenace au genou, qui ressemble en fait beaucoup à une blessure diplomatique. « Peut-être qu’il y a une douleur, mais il y a surtout une fatigue mentale, assure Patrice Dominguez, l’ancien DTN du tennis français. Mais il a raison de se préserver. Sa stratégie est la bonne. »

Une stratégie que le Serbe avait déjà appliquée après sa victoire à l’Open d’Australie. Il s’était alors octroyé une vingtaine de jours de repos afin de mieux préparer une tournée américaine où il a été inarrêtable (il a remporté les 24 matches qu’il a disputé cette saison !). Rafael Nadal en sait quelque chose : il a été battu deux fois par « Djoko », à une semaine d’intervalle, en finale des tournois d’Indian Wells et de Miami. Sa vengeance à Monte-Carlo, sur la terre battue qu’il affectionne, n’en était que plus attendue…

« Nadal est l’archifavori de la saison sur terre battue et Djokovic est son challenger numéro un, estime Dominguez. On ne voit pas Roger Federer l’inquiéter, à moins d’un retour en grâce extraordinaire du Suisse. Quant à Juan-Martin del Potro, il a des capacités énormes et il revient après quasiment un an de blessure. Mais il n’est pas encore à son meilleur niveau. »
La confrontation Nadal-Djokovic ne devrait pas avoir lieu avant le tournoi de Madrid le 1er mai. D’ici là, l’Espagnol devrait se régaler. A commencer par la mise en bouche face à Benneteau ou Nieminen pour son entrée en lice sur le Rocher.