RMC Sport

Coupe Davis: Monfils se retire de Bercy, un message pour Noah?

-

- - -

Finaliste malheureux dimanche à Anvers, Gaël Monfils enchaîne ce mercredi avec le tournoi de Vienne. A l’issue du rendez-vous autrichien, le Parisien va mettre un terme à sa saison. Pas de Bercy. Enverrait-il un message subliminal à Yannick Noah?

La démarche est rarissime. D’un simple clic sur un site auquel chaque joueur professionnel a un accès secret: Gaël Monfils s’est rayé de la liste des engagés pour Bercy mardi après-midi, la veille de son entrée en lice au tournoi de Vienne. Preuve qu’il n’était pas blessé. Deux fois finaliste du temps du POPB, le Tricolore est moins accro à l’Accor Hotel Arena. Déjà ces deux dernières années, il avait déclaré forfait sur blessure.

En dévoilant si vite ses plans, Monfils, 33e mondial, n’aura donc pas la possibilité de croiser à Bercy des membres du staff de l’équipe de France. Il n’en avait peut-être pas envie. Depuis que le tennis français ne compte plus de Top 20, il sent bien que son nom est de nouveau prononcé pour la finale de coupe Davis face à la Croatie. On a aussi fantasmé sur le choix de la terre battue, sa meilleure surface.

La cicatrice Zadar

Mais depuis le premier match de Yannick Noah en Guadeloupe, face au Canada, en mars 2016, "Lamonfe" n’a plus rejoué une rencontre sous le maillot bleu. Il se trouvait pourtant à Zadar pour la fameuse demi-finale perdue face aux Croates. Noah comptait sur le Parisien, qui sortait d’une demi-finale à Flushing Meadows. Mais Monfils avait le genou qui grinçait. Et il n’était pas resté longtemps sur la côte dalmate. Aujourd’hui encore, on ignore les détails intimes du clash lorsque Noah avait montré la porte au Parisien. La voix du capitaine n’était sûrement pas montée dans les aigus mais, ce fameux mercredi, quand le Français a pris la direction du petit aéroport de Zadar, il a dû se sentir touché dans sa chair. C’était brutal. Une certaine tradition veut que le joueur blessé ou remplaçant reste au soutien du groupe. Pas cette fois...

Un management moins à la carte

Sous les capitanats de Guy Forget et d’Arnaud Clément, Gaël Monfils faisait un peu ce qu’il voulait. Les créneaux d’entraînement matinaux n’étaient jamais pour lui. En 2014, lors d’un quart de finale face à l’Allemagne, à Nancy, il avait même décliné l’invitation à monter sur le court dès le vendredi. Mais il s’était dit partant pour le dimanche. Et il avait remporté le match décisif en patron. Avec Noah, pour qui la notion de groupe passe par-dessus tout, ce mode de management était impensable. Et Monfils s’y est heurté. Avec, probablement, une incompréhension. Probablement réciproque d’ailleurs. Car Noah était intimement convaincu qu’il parviendrait à "gérer" l’Antillais, même si on l’avait prévenu. 

Tout au long de cette année 2018, on a eu l’occasion de papoter "off" avec Gaël Monfils. On voulait connaître son sentiment sur le fait que huit joueurs tricolores avaient posé sous la bannière champions du monde, réplique du Saladier d’Argent en main, l’an dernier à Lille après le succès face à la Belgique. Huit gars mais pas lui... Cela entraînait de sa part une réaction fataliste. Mais on percevait de la peine. D'autant que Noah avait placé des coups de griffe. Comme cette comparaison avec Karim Benzema en janvier 2017...

A lire aussi >> Tennis: Ferro intègre le Top 100, Tsonga le quitte

Pourtant, cherchez les joueurs français qui ont apporté deux points en finale de coupe Davis... Il y a Nicolas Escudé et Gaël Monfils. Il détient cette stat avec ses victoires face à Janko Tipsarevic à Belgrade en 2010 et face à Roger Federer à Lille en 2014. 

Garçon sensible, Gaël Monfils n’a jamais déçu en coupe Davis, à l’exception - risible avec le recul de ses débuts aux Pays-Bas, en 2009, où, plein d’aplomb, il avait affirmé le jeudi que ce serait "un match comme un autre". Il avait pris l’épreuve en pleine figure.

Aujourd’hui, le Parisien, 32 ans, est bien loin d’une nouvelle cape. A moins qu’il n’envoie dans ce zap de Bercy, un ultime message à Yannick Noah. 

Si l’oiseau Monfils était dans les plans secrets du capitaine, il faut que Noah "le capture" avant qu’il ne s’envole pour ses îles antillaises. Et que les deux se déclarent leur amour. Ou consomment leur divorce affectif. En espérant qu’il ne soit pas fatal aux Bleus dans un mois. Pour la dernière finale de coupe Davis dans sa formule actuelle, ce serait triste à mourir.

A lire aussi >> La Coupe Davis version Piqué à Madrid en novembre 2019

Éric Salliot