RMC Sport

Dopage : Bachelot et Nadal relancent la "guéguerre" France-Espagne

Rafael Nadal (ici en 2013) défend son image et celle du sport espagnol.

Rafael Nadal (ici en 2013) défend son image et celle du sport espagnol. - AFP

Accusé par Roselyne Bachelot d’avoir dissimulé un contrôle positif, Rafael Nadal et son clan ne devraient pas en rester là et engager des poursuites pour diffamation contre l’ancienne ministre de la Santé et des Sports. Un nouvel épisode dans la querelle sportive qui divise Français et Espagnols depuis dix ans et l’affaire Puerto.

Quand Français et Espagnols ne s’écharpent pas sur les aires de sport (basket, hand, foot), c’est sur le terrain du dopage que les meilleurs ennemis d’Europe règlent leurs comptes. Une constante depuis près de dix ans et l’affaire Puerto où pêle-mêle, sportifs ibériques, clubs de foot, équipes cyclistes et autres médecins avaient été pointés du doigt. De façon évidente et justifiée pour certains, avec sanctions et radiations à la clé. De manière bien plus gratuite et légère pour d’autres.

Egratigné dès 2006, Rafael Nadal a depuis été régulièrement relégué sur le banc des accusés, notamment par voie de presse et par la voix de Yannick Noah qui s’est ouvertement interrogé sur les performances du Majorquin. A intervalles réguliers. Mais en début de semaine, c’est Roselyne Bachelot, ministre de la Santé et des Sports entre mai 2007 et novembre 2010 qui s’est chargée de remettre de l’huile sur le feu en déclarant sur le plateau de Direct 8 : « On sait que la fameuse blessure de Rafael Nadal, où il a été arrêté sept mois (il souffrait officiellement en 2012-2013 d’une blessure au tendon rotulien du genou gauche, ndlr), est certainement due à un contrôle positif. Quand tu vois un joueur de tennis qui s'arrête pendant des mois, c'est qu'il a été contrôlé positif. Pas à chaque fois, mais très souvent ».

Toni Nadal : "Cette femme est une imbécile !"

Une sortie qui a profondément agacé dans un premier temps l’intéressé, qui n’a jamais été contrôlé positif durant sa carrière. « Je n'ai jamais eu la tentation de faire quelque chose d'interdit, a déclaré à Indian Wells le nonuple vainqueur de Roland-Garros. Je me suis toujours tenu loin du dopage, je suis un joueur complètement propre, j'ai travaillé si dur pendant ma carrière que je ne prendrai jamais rien pour revenir plus vite, si je suis blessé. (...) J'ai entendu ces accusations de dopage. Cela commence un peu à me fatiguer. »

Avant que son oncle, Toni, ne prenne le relais et aille encore plus loin : « Cette femme est une imbécile ! ». Selon la radio espagnole Cope, Rafa et ses conseillers juridiques ne devraient d’ailleurs pas en rester là et devraient contre-attaquer en poursuivant Bachelot pour diffamation. De quoi rajouter quelques nouveaux épisodes à la « guéguerre » sportive que se livrent Français et Espagnols.

dossier :

Rafael Nadal

GM