RMC Sport

Masters 1000 de Paris-Bercy: pourquoi Nadal est allergique aux toits

Absent du circuit depuis l’US Open, Rafael Nadal s’aligne cette semaine au Rolex Paris Masters pour la septième fois. Où ses chances de triompher sont faibles si l’on consulte les statistiques. En indoor, "Rafa" n’est pas le même qu’ailleurs.

Il est de retour! Absent du circuit depuis son abandon en demi-finale de l’US Open face à Juan Martin Del Potro en raison d’une tendinite au genou, Rafael Nadal est en place à Bercy. Dimanche, il a géré ses séances d’entraînement et ses obligations médiatiques en fonction du Clasico Barça-Barça. Dans la foulée de Flushing Meadows, l’Espagnol aurait dû jouer la demi-finale de Coupe Davis au stade Pierre-Mauroy. Finalement, il offre à la France une compensation. Mais ses chances de signer le doublé Roland-Garros-Bercy sont faibles. D’abord, parce que sa forme est légitimement suspecte. Et puis parce qu’en indoor, il est beaucoup plus vulnérable.

C’est un quizz qui pourrait faire un malheur. Sur les 80 titres remportés par Nadal, combien l’ont été en indoor? La réponse va peut-être vous faire sursauter, car c’est deux. L’Espagnol a en effet remporté le tournoi de Madrid en 2005, lorsqu’il avait l’étiquette Masters 1000. Huit ans plus tard, le Majorquin avait triomphé à Sao Paulo, sur terre battue mais avec un toit. De là à dire que le numéro un mondial est allergique aux toits, il y a un pas qu’il ne faudrait pas franchir. N’oublions pas qu’il atteint la finale à Bercy en 2007 - anéanti par David Nalbandian - ou du Masters, en 2010 ou 2013. Des résultats loin d’être négligeables.

"Il se donne du mal", estime Forget

Mais depuis quelques années, le terme de blocage n’est peut-être si loin de la vérité. Ravi d’avoir le numéro un mondial dans son plateau, Guy Forget a sa petite idée sur la question. "Tous les plus grands tournois du monde se jouent en extérieur, avec du vent, du soleil, des fortes chaleurs, comme à Melbourne ou New York. Je pense que Nadal est le joueur le plus fort au monde mentalement. C’est celui qui s’accommode le plus des baisses de régime des adversaires. Il parvient toujours à chasser la frustration et à trouver une pugnacité à chaque point", analyse le directeur du tournoi.

"En indoor, où on peut pratiquer un tennis champagne, où l’on peut prendre beaucoup de risques, il y a des joueurs plus forts techniquement que lui, qui ont un meilleur timing et qui arrivent à le faire plier. Je pense bien sûr à Novak Djokovic et Roger Federer", ajoute-t-il. Mais Forget accorde du crédit à "Rafa", qui ne refuse jamais l’obstacle. "Il se donne du mal. L’an passé, il avait des problèmes au genou mais il était venu chercher sa place de numéro 1 avant de déclarer forfait en 8e de finale. Cette année, il sent le souffle de Djokovic dans son dos. Il est en manque de repères. Je suis sûr qu’il aimerait gagner à Paris sur une surface autre que la terre battue", constate-t-il.

"Il va avoir des clients face à lui", précise Forget. Nadal débutera sa campagne parisienne face au vainqueur du match qui opposera Jérémy Chardy à Fernando Verdasco.