RMC Sport

Open d'Australie: l'étonnant sondage sur lequel s'appuient les avocats de Djokovic

Les avocats de Novak Djokovic ont utilisé un sondage fait dans un journal, sans méthodologie sérieuse, pour renforcer leur dossier présenté à la justice australienne dans le cadre de l'appel de la deuxième annulation du visa.

Ils ratissent large. Pour renforcer leur appel contre la deuxième annulation de visa prononcée par les autorités australiennes, les avocats de Novak Djokovic ont versé les résultats d'un sondage à leur dossier. La question était: "Novak Djokovic doit-il être autorisé à rester à et jouer l'Open d'Australie?" 60% des sondés ont répondu "oui", 37% ont dit "non", 3% ont exprimé un avis "incertain".

Seulement, la valeur de cette consultation est pour le moins discutable: cette enquête ne provient pas d'un institut de sondage avec une méthodologie scientifique, mais n'est qu'une question posée aux lecteurs du journal The Age.

Pour contredire le ministre de l'Immigration

En s'appuyant sur ce dossier, les représentants du n°1 de tennis mondial masculin ont sans doute cherché à contredire "l'intérêt public" invoqué par le ministre de l'Immigration pour justifier la nouvelle annulation de visa. "Aujourd'hui, j'ai exercé mon pouvoir en vertu de l'article 133C(3) de la loi sur les migrations pour annuler le visa détenu par M. Novak Djokovic pour des raisons de santé et de bon ordre, au motif qu'il était dans l'intérêt public de le faire", avait déclaré Alex Hawke, bien décidé à ne pas permettre au champion serbe de disputer l'Open d'Australie sans être vacciné contre le Covid-19.

>> Les dernières infos sur l'affaire Djokovic

Avec cette consultation, les avocats veulent ainsi montrer que Novak Djokovic dispose de soutiens dans l'opinion publique sur l'île-continent. Au-delà de la consultation à la légitimité douteuse, il s'avère malgré tout que la pression politique est grande sur l'exécutif australien. Alors que les habitants endurent des restrictions anti-coronavirus parmi les plus strictes au monde, le Premier ministre conservateur Scott Morrisson a été accusé "d'incompétence" par l'opposition travailliste.

Novak Djokovic est en tout cas certain de pouvoir compter sur un grand soutien en Serbie, où des responsables politiques en font un héros national. Vendredi, le président serbe Aleksandar Vucic a de nouveau apporté son soutien au joueur, accusant l'Australie de le "maltraiter".

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport