RMC Sport

Roland-Garros: "Personne n'est invincible", Nadal s'attend à être challengé

Alors qu'il fêtera bientôt ses 35 ans, Rafael Nadal va tenter d'aller chercher un 14e titre à Roland-Garros. Dans un entretien accordé à l'AFP, l'Espagnol s'attend à être concurrencé sur la terre battue francilienne.

Le 3 juin prochain, Rafael Nadal soufflera ses 35 bougies, pendant Roland-Garros (dont le tableau final commencera le 30 mai). Après sa victoire à Rome, l'Espagnol va tenter d'aller accrocher un 14e titre sur la terre battue parisienne et ainsi porter son compteur à 21 sacres du Grand Chelem, le record de titres remportés par un seul joueur.

S'il part avec le statut de grand favori, Nadal ne veut pas se voir déjà vainqueur et s'attend à être concurrencé pour la victoire finale, comme il le confie dans un entretien accordé à l'AFP: "Personne n'est invincible, nulle part. Cette année, j'ai perdu à Monte-Carlo et à Madrid. J'espère ne pas perdre ici à Roland-Garros."

Mais l'Espagnol ne veut pas faciliter la tâche à ses adversaires: "Je ne vais pas leur donner des indices. Moi, je dois me préoccuper de ce que j'ai à faire pour qu'ils ne me battent pas. Et eux doivent en faire autant de leur côté."

Rafael Nadal va entamer sa préparation pour le tournoi et souhaite pleinement se concentrer pour aborder au mieux son entrée en scène : "Je viens d'arriver à Paris et je ne pense qu'à une chose, m'entraîner, me familiariser au mieux avec les courts, retrouver de bonnes sensations et mes habitudes pour être compétitif quand je vais débuter mon tournoi. Les objectifs ici sont toujours au plus haut, mais pour y parvenir, c'est un travail quotidien afin de s'améliorer constamment. J'espère pouvoir me battre pour quelque chose de grand."

"Être celui qui joue le mieux"

Au fil des années, Rafael Nadal a fait de Roland-Garros, son jardin. Avec 13 coupes des Mousquetaires remportées, l'Espagnol ne veut pas s'arrêter en si bon chemin: "Me voilà, aujourd'hui, avec des ambitions à Roland-Garros qui est un endroit très spécial pour moi. Favori ou pas, ce n'est pas la question: mon objectif est d'être celui qui joue le mieux."

Mais Nadal n'a pas toujours cru qu'il serait facile pour lui de jouer à Roland-Garros, sur un court qu'il décrit comme "très grand" et sur lequel "il est plus difficile d'avoir de bonnes sensations."

"Au début, je crois que je jouais mieux à Monte-Carlo ou à Rome. Il est plus difficile d'avoir de bonnes sensations à Roland-Garros, le court est très grand et ce sont des sensations différentes de celles des autres tournois. (...) Roland-Garros est la cathédrale de la terre battue, je n'y ai jamais eu de mauvaises sensations, mais c'est vrai aussi que j'en ai eu de très bonnes dans d'autres tournois sur cette surface."

Luca Demange avec AFP