RMC Sport

Wimbledon: mécontent, Djokovic veut un tie-break dans le 5e set

Novak Djokovic n'est pas fan des matches de 11 heures.

Novak Djokovic n'est pas fan des matches de 11 heures. - AFP

L'ancien n°1 mondial Novak Djokovic s'est prononcé en faveur de l'introduction à Wimbledon du jeu décisif dans le cinquième set ce mardi, au lendemain du report de son huitième de finale contre le Français Adrian Mannarino.

Pour Novak Djokovic, c’est évident. Il faut mettre en place un tie-break dans le cinquième set à Wimbledon. Parmi les quatre tournois du Grand Chelem, seul l'US Open a introduit cette règle. "Je ne vois pas de raison de ne pas le faire", s’est étonné "Djoko" ce mardi. Son match contre Adrian Mannarino, remporté 6-2, 7-6, 6-4, avait été reporté par les organisateurs lundi soir après la victoire marathon du Luxembourgeois Gilles Muller sur l'Espagnol Rafael Nadal (15-13 dans la dernière manche, 4h47 min de jeu) alors que le jour commençait à décliner.

A voir >> Wimbledon: Nadal, chaud bouillant, se cogne la tête en sautillant

La jurisprudence Isner-Mahut ne plaît pas à "Djoko"

"John Isner et Nicolas Mahut sont entrés dans l'histoire avec un match de 11 heures (en 2010). C'est pour ça qu'on garde cette règle ?, s'est demandé Djokovic. C'est formidable pour le suspense mais les joueurs doivent retourner sur le court le lendemain."

"Jouer un match de cinq ou six heures, puis revenir le lendemain, ce n'est pas ce que votre corps souhaite", a ajouté le Serbe, pointant le fait que sur herbe, la surface la plus rapide, un jeu de service est plus dur à breaker, ce qui peut rallonger la durée des matchs.

A lire aussi >> Wimbledon: la première victime de Roger Federer sur le circuit se confie

"Le court central a un toit et des projecteurs…"

"Je crois que c'était la mauvaise décision de ne pas nous faire jouer hier soir, a ensuite jugé le triple vainqueur du tournoi londonien (2011, 2014 et 2015). Le court central a un toit et des projecteurs, on aurait pu jouer jusqu'à 23h(l'heure du couvre-feu instauré pour ne pas gêner les riverains, ndlr)." Au lieu de cela, l’ex-numéro un mondial a réglé l’affaire en 2h15 et trois sets ce mardi, avant de retrouver Tomas Berdych mercredi.

VIDEO - Benoît Paire: "J'étais stupide de penser que Wimbledon était pourri"

dossier :

Novak Djokovic

AFP