RMC Sport

GP d’Azerbaïdjan (qualifs) : Leclerc dompte le virage impossible et le duo Hamilton-Verstappen

Charles Leclerc a signé une deuxième pole position consécutive ce samedi lors des qualifications du GP d’Azerbaïdjan. Lewis Hamilton se contente de la deuxième place devant Max Verstappen et Pierre Gasly, au terme d’une séance marquée par de nombreux incidents.

Cette fois, Charles Leclerc n’a pas fini dans le mur. Poleman mais privé de course à Monaco, le pilote de la Scuderia Ferrari a encore réalisé le meilleur temps des qualifications ce samedi à Bakou pour le GP d'Azerbaïdjan de F1.

"C’était un peu un tour de mer** car il y a deux ou trois virages où j’ai fait des erreurs, a réagi Charles Leclerc au micro de Canal +. Bien sûr, j’ai bénéficié de l’aspiration de Lewis Hamilton, cela m’a un peu aidé. Mais je pense que l’on aurait été capable de jouer la pole quand même."

Hamilton dans le rythme, Gasly ne lâche pas Verstappen

Si les fans pouvaient s’attendre à un joli duel entre les pilotes Red Bull et ceux de la Scuderia, Lewis Hamilton a également réussi à s’illustrer ce samedi. Pas au mieux depuis le début du week-end, la Mercedes du Britannique a fait le job pendant les qualifications et est passé à seulement 23 centièmes de la pole position.

Mieux, le septuple champion du monde de F1 a pris un léger ascendant sur Max Verstappen, seulement troisième. Le Néerlandais s’élancera devant Pierre Gasly et Sergio Perez. Mais Charles Leclerc le sait, les pilotes Red Bull n’en resteront pas là pendant la course azérie ce dimanche.

"Je ne m’attendais pas à être aussi compétitif. On a vu beaucoup de drapeaux rouges et je suis content quand même. C'est génial mais c'est encore sur un drapeau rouge à la fin, a encore analysé le Monégasque. La voiture est plutôt pas mal mais on sait que les Red Bull ont quelque chose en plus. Là, ce n'est pas Monaco donc cela va pouvoir doubler. Tout est possible et je vais faire mon maximum pour garder cette première place."

Un circuit rempli de pièges, dont le terrible virage 15

En tête de course, le spectacle et la bataille s’annoncent déjà épiques pour ce GP d’Azerbaïdjan. Mais le circuit de Bakou pourrait à nouveau donner lieu à un gros suspense en cas de nouveau drapeau rouge, notamment dans le virage 15.

Après Charles Leclerc lui-même et Max Verstappen pendant les essais libres, deux nouveaux pilotes sont partis à la faute à cet endroit. Les erreurs de Lance Stroll (Aston Martin) puis Antonio Giovinazzi (Alfa Romeo) ont ainsi entraîné l’interruption de la Q1 à deux reprises. Sanctionné pour ne pas être immédiatement rentré aux stands après le crash de l'Italien, Lando Norris a écopé d'une pénalité de trois places sur la grille de départ et s'élancera en neuvième position.

En Q2, c’est cette fois Daniel Ricciardo qui a fini dans les barrières dès le virage. Le crash de l’Australien de l’écurie McLaren a mis à la deuxième partie des qualifications.

Rebelote en Q3, toujours au virage 3. Alors que les favoris espéraient en découdre pour la pole position dans un ultime tour lancé, Yuki Tsunoda a foncé tout droit et terminé son premier passage en Q3 dans le mur.

Afin d’éviter de lui foncer dessus à grande vitesse, Carlos Sainz a été obligé de bloquer ses roues et d’emboutir lui aussi sa Ferrari dans le mur et d'entraîner les commissaires à sortir un quatrième drapeau rouge, une première depuis le GP de Hongrie en 2016.

Mais contrairement au GP de Monaco, la Scuderia et Charles Leclerc s’élanceront bien en pole position ce dimanche. Encore faudra-t-il finir la course malgré les nombreux pièges.

JGL