RMC Sport

Grand Prix de Monaco: Hamilton prend la pole, Gasly pénalisé de trois places

Lewis Hamilton (Mercedes) a signé le meilleur temps des qualifs du Grand Prix de Monaco, ce samedi. Le Britannique devancera sur la grille son coéquipier Valtteri Bottas.

Les deux Mercedes encore au top ! Lewis Hamilton a réussi la pole position du Grand Prix de Monaco, ce samedi lors des qualifs, devant son coéquipier Valtteri Bottas. Max Verstappen (Red Bull) et Sebastian Vettel (Ferrari) seront en deuxième ligne dimanche. Le Français Pierre Gasly (Red Bull) a pris la 5e place. Romain Grosjean (Haas) a fini avec le 13e temps. Grosse déception pour le Monégasque Charles Leclerc, victime d'une erreur de la Scuderia en Q1 et qui partira de la 16e place.

Le résultat de ces qualifications confirme donc la bonne forme des Mercedes affichée lors des essais libres, en particulier les séances de jeudi peu encourageantes pour Ferrari. Le tracé de Monte-Carlo, qui avait réussi à la Red Bull de Daniel Ricciardo l'an passé, n'est pourtant pas connu pour être la chasse gardée du constructeur allemand.

Gasly en sursis

Comme c'est souvent le cas depuis le début de saison, Hamilton et Bottas étaient à nouveau seuls à se disputer le Graal. À 17 secondes de la fin de la Q3, le Finlandais, qui restait sur trois poles de suite, tenait le meilleur temps en 1.10.252. Il a fallu un tour exceptionnel de Lewis Hamilton (1.10.166), l'un des seuls à améliorer avant le drapeau à damier, pour endiguer la série de son coéquipier et réel rival pour le titre de champion 2019.

Quelques minutes auparavant, le fait majeur de la Q2 aura été l'élimination de Romain Grosjean avec le 13e temps après avoir été gêné dans son dernier tour rapide par son compatriote Pierre Gasly. Un incident sanctionné par les commissaires. Cinquième initialement sur la grille de départ, le Français partira finalement huitième.

La bévue stratégique de Ferrari

Enfin, la séance de qualification aura donc débuté sur les chapeaux de roues avec l'élimination surprise de Charles Leclerc. À domicile, le jeune pilote Ferrari n'a enregistré que le 16e temps à cause d'une erreur stratégique de son écurie, qui ne l'a pas renvoyé sur la piste alors qu'il était en danger au classement. "Je n'ai pas de mot, c'est difficile à accepter", a réagi le pilote de 21 ans, dans une voix mêlant colère et déception, savant pertinemment qu'il sera contraint dimanche de "devoir dépasser même si c'est une piste sur laquelle c'est impossible".