RMC Sport

Lille, Bordeaux, Marseille… ces villes qui vont boycotter la Coupe du monde au Qatar

Alors que la Coupe du monde 2022 au Qatar approche à grands pas (20 novembre-18 décembre), de plus en plus de villes, et pas des moindres, annoncent qu'elles vont boycotter l'événement en ne diffusant aucun match sur des écrans géants. De Lille à Bordeaux, tour de France de ces villes qui refusent de cautionner la compétition polémique.

Bordeaux

Invité dimanche dans Bartoli Time, sur RMC, Pierre Humic, maire écologiste de Bordeaux, a confirmé que sa ville n’installera pas d’écran géant durant la Coupe du monde au Qatar (20 novembre – 18 décembre). L’élu d’Europe Écologie Les Verts officialisera son choix lors du prochain conseil municipal, prévu ce mardi. "Nous, les maires, sommes aujourd’hui concernés par cette retransmission sur écran géant dans nos villes. Et c’est notre rôle de dire que nous ne voulons pas être complices de cette gabegie énergétique", a-t-il ajouté. Des bars et des restaurants devraient néanmoins diffuser la compétition un peu partout en ville. "Je ne suis pas le directeur de conscience des Bordelais, tempère Pierre Humic. Chacun réagit comme il veut. Et loin de moi l’idée d’imposer mon point de vue à quiconque. Je suis très respectueux des libertés individuelles."

>> Coupe du monde 2022: les infos en direct

Lille

Pas d’écran géant non plus à Lille. La décision a été adoptée dans la nuit de vendredi à samedi par le conseil municipal. La maire, Martine Aubry, estime que la Coupe du monde au Qatar est "un non-sens au regard des droits humains, de l'environnement et du sport." La ville ne se mettra pas non plus "aux couleurs d'un évènement que nous refusons de soutenir", a affirmé l'adjoint au maire, Arnaud Deslandes. "J'ai questionné la Métropole qui est sur cette position" également, a affirmé Martine Aubry. Toujours dans le Nord, une dizaine de bars vont eux aussi boycotter le Mondial. Dans la commune de Marcq-en-Baroeul, le bar O’Muligan’s ne diffusera aucun match. Pour Justine Chambrillon, la gérante de cet établissement qui avait accueilli jusqu'à 800 clients en 2018, c’est "une aberration de se réjouir d’un événement sportif qui a fait des milliers de morts, qui bafoue les droits de l’Homme, qui a un impact écologique complètement désastreux."

Marseille

Du côté de Marseille, la municipalité avait déjà confirmé qu'elle n'installerait pas d'écran géant avant la finale et uniquement si l'équipe de France était qualifiée pour la rencontre. Mais ce lundi, la municipalité phocéenne a finalement décidé de ne pas installer d'écran géant. Et, ce quel que soit le parcours des Bleus au Qatar.

"La Ville de Marseille s’engage pour une pratique du sport toujours plus juste et inclusive. Marseille, fortement attachée aux valeurs de partage et de solidarité du sport et engagée pour construire une ville plus verte, ne peut contribuer à la promotion de cette Coupe du Monde de football 2022 au Qatar, a précisé la ville dans un communiqué. Cette compétition s’est progressivement transformée en catastrophe humaine et environnementale, incompatible avec les valeurs que nous voulons voir portées au travers du sport et notamment du football."

Par ailleurs, deux Marseillais, Benoît Magro et Agnès Olive ont créé le collectif "Marseille boycotte le Qatar". Autant révoltés par les aberrations sur le plan écologique qu’humain et social au Qatar, ils assurent qu’"une ville de football comme Marseille se détourne de la Coupe du monde aurait un vrai sens." Et de proposer, cités par La Provence: "On pourrait imaginer des pique-niques festifs sur la plage ou de se retrouver tous ensemble dans des bars ou des restos qui, eux aussi, refuseraient de diffuser les matchs. Ce serait planter les graines d’un monde nouveau face à ce vieux monde de l’argent et du broyage de l’être humain et de la planète."

Strasbourg

La maire écologiste de Strasbourg, Jeanne Barseghian, a indiqué lors du dernier conseil municipal, lundi dernier, qu'"il n'est pas prévu de projections publiques concernant la Coupe du monde". "La Ville de Strasbourg ne diffusera pas la Coupe du monde 2022 organisée par le Qatar.

Impossible pour nous de ne pas entendre les nombreuses alertes des ONG qui dénoncent les abus et l'exploitation des travailleurs immigrés. Strasbourg, capitale européenne, siège de la Cour européenne des droits de l'Homme, ne peut décemment cautionner ces maltraitances", avait-elle déclaré à France 3 Alsace.

Et aussi Rodez, Villeurbanne, Bourg-en-Bresse…

A Rodez, le maire Christian Teyssèdre (proche de LREM), interrogé par un élu d'opposition lors d'un conseil municipal tenu vendredi soir, a affirmé qu'"il n'y aura pas d'écrans géants" dans sa ville." Je ne cautionne pas l'organisation de cette compétition dans ce pays. Le football n'est qu'argent et la ville de Rodez ne se mêlera pas à ça", a-t-il ajouté. Même son de cloche à Château-Thierry. La ville de l’Aine habituée à diffuser les matchs des Bleus au Mondial s’abstiendra : "La question est venue lorsqu'on allait louer du matériel pour l'occasion, a déclaré l’élu sur France 3 Hauts-de-France. On s'est alors demandé si ça en valait la peine. Finalement, on s'est mis d'accord à l'unanimité pour abandonner le projet."

Les communes de Bourg-en-Bresse, Villeurbanne, Vénissieux et Chomérac ont elles aussi annoncé qu’elle renonçait à toute opération pendant la compétition. "A ce jour, je n'envisage absolument pas de mettre en scène ces événements et d'organiser la facilitation de l'accès à ces matchs, a indiqué Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, sur BFMTV Lyon. C'est simplement ma position de maire qui essaye de regarder un peu ce qu'il se passe et je considère qu'au regard de ces conditions d'organisation, rien ne justifie de mettre en avant cet événement." D'autres villes n'ont pas encore tranché la question comme Paris, Lyon ou Montpellier. A Toulouse, la décision doit être prise d’ici la fin du mois.

ABr