RMC Sport

Milan-San Remo: qui est Jasper Stuyven, le Belge qui a surpris tous les favoris?

Alors que tout le monde ou presque voyait Mathieu Van der Poel, Wout Van Aert ou Julian Alaphilippe remporter ce samedi Milan-San Remo, le premier Monument de la saison, le Belge Jasper Stuyven est venu créer la surprise. Une consécration pour ce spécialiste des classiques.

"Les objectifs restent les mêmes, l'ambition est là. Je sens que je suis capable de remporter le Tour des Flandres ou Paris-Roubaix." Début janvier, au moment de dévoiler son programme pour cette saison, Jasper Stuyven s’était attardé sur ces deux Monuments. Il aurait pu en mentionner un autre. Le premier de l’année. Le plus long et l'un des plus incertains. Celui où il avait décroché une dixième place il y a trois ans au bout de 290 kilomètres éreintants.

Concentré sur les classiques flandriennes, le Belge de 28 ans de la Trek-Segafredo ne semblait pas faire de Milan-San Remo une priorité cette année. Son nom ne faisait d’ailleurs pas partie de ceux cités parmi les favoris au départ ce samedi. Pour éventuellement créer la surprise derrière les trois cannibales du peloton (Mathieu Van der Poel, Wout Van Aert et Julian Alaphilippe), les spécialistes voyaient plutôt Davide Ballerini, Michael Matthews, Caleb Ewan ou encore Sam Bennett s’illustrer. Tous ont été battus par Stuyven.

Son attaque à 2,5 kilomètres de l'arrivée a surpris et fait mal à tout le monde. Certains ont peut-être pensé qu’il n’allait pas pouvoir tenir et qu’il finirait pas se faire reprendre. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé. Sous la flamme rouge, le Danois Soren Kragh Andersen l’a rejoint. Pas pour longtemps. Sur la Via Roma, la fameuse ligne droite finale de la Primavera, Stuyven a jeté ses dernières forces pour résister au retour des costauds et créer la surprise en l’emportant au sprint. Juste devant Ewan, Van Aert, Sagan, Van der Poel et les autres. Alaphilippe, vainqueur en 2019, n’a pris que la 16e place.

Si cette victoire est évidemment la plus belle de sa carrière, Stuyven n’est pas franchement un inconnu. Bien au contraire. Passé professionnel en 2014, cinq ans après être devenu champion du monde sur route juniors devant un certain Arnaud Démare, il a notamment remporté l'année passée le Het Nieuwsblad, épreuve d'ouverture de la saison belge, avec ses monts piégeux et ses pavés glissants.

Un temps comparé à Cancellara et Boonen

En 2016, c’est sur la semi-classique flammande Kuurne-Bruxelles-Kuurne qu’il s’était imposé au bout d’un numéro en solitaire. Dans une course promise aux sprinteurs, il avait livré une véritable démonstration en accrochant la roue de Peter Sagan à 80 kilomètres de l’arrivée. Puis en plaçant une attaque à 20 kilomètres du but, et enfin en écœurant le peloton, qui ne l’avait jamais revu. Dans les Monuments, ses meilleurs résultats restaient jusqu’à présent une quatrième et une cinquième place sur Paris-Roubaix en 2017 et 2018. Des performances qui lui ont valu d’être parfois comparé au Suisse Fabian Cancellara et au roi belge des pavés, Tom Boonen.

"Le public met trop de pression sur nous, les coureurs belges. Je veux juste être Jasper, pas le nouveau Boonen", clamait Stuyven il y a deux ans, désireux d’écrire sa propre histoire. Avec des qualités idéales pour briller sur les classiques : endurance, sens tactique, puissance et en prime une pointe de vitesse plutôt intéressante.

Sa régularité sur ces courses ces dernières années en a fait une valeur sûre du peloton. Son triomphe sur Milan-San Remo lui permet de sublimer son palmarès et d’envoyer un message fort. Oui, le trio Van der Poel-Van Aert-Alaphilippe est peut-être au-dessus du lot. Mais Stuyven a prouvé qu’il n'était pas infaillible.

"Tout le monde sait à quel point ces trois gars sont forts, mais cela ne veut pas dire que nous n'y croyions pas. Je me sentais bien sur le Poggio. Mais il y avait encore beaucoup de gars rapides. Après la descente du Poggio, j'ai vu qu'il y avait encore des sprinteurs alors j'ai essayé de faire tapis et d'anticiper le sprint. Ce n’était pas une stratégie choisie ce matin, j'ai suivi mon instinct. J'ai choisi le bon moment (pour attaquer) et puis ça a été difficile jusqu'à l'arrivée. C'était idéal que Soren (Kragh Andersen) prenne le relais et continue de rouler. Peut-être qu'une attaque comme ça ne fonctionne qu'une ou deux fois sur dix, mais ça a bien fonctionné. C'est la plus grande victoire de ma carrière. C'est vraiment puissant", a-t-il réagi à l'arrivée.

Avec le regard déjà tourné vers l'avenir: "Nous devons donc continuer sur cette lancée avec l'équipe." La suite de son programme devrait comprendre Gand-Wevelgem, À travers les Flandres, et surtout le Tour des Flandres et Paris-Roubaix. Promis, il apparaîtra cette fois comme un favori.

https://twitter.com/rodolpheryo Rodolphe Ryo Journaliste RMC Sport