RMC Sport

Tour de France: les beaux compliments d'Hinault pour Alaphilippe

Invité de l'Intégrale Tour ce dimanche sur RMC, Bernard Hinault, dernier vainqueur français du Tour de France, a dit tout le bien qu'il pensait de Julian Alaphilippe. Tout en expliquant pourquoi, selon lui, il risque d'avoir du mal à lutter pour la victoire finale.

Il aime sa fougue, son envie de gagner et la façon qu’il a de courir à l’instant, sans calcul. Invité de l’Intégrale Tour ce dimanche après-midi sur RMC, à l’occasion de la deuxième étape du Tour de France, Bernard Hinault s’est montré très élogieux à l’égard de Julian Alaphilippe, devenu samedi le premier maillot jaune de la 108e édition de la Grande Boucle grâce à sa victoire à Landerneau (Finistère).

"Est-ce que je me reconnais en Alaphilippe ? T’es obligé ! Il dit que quand il a envie de faire la course, il n’en a rien à foutre de ce qu’on lui dit dans les oreillettes. Ça me plaît. Quand on voit comment il a pris le maillot (jaune) il y a deux ans, ça m’a plu. Ce n’est pas un suiveur", explique "le Blaireau", quintuple et dernier vainqueur français du Tour (1978, 1979, 1981, 1982 et 1985).

>> Tour de France: la 2e étape en direct

"Possible qu'il joue un coup"

S’il rêve de voir Alaphilippe inscrire son nom au palmarès de l’épreuve, il estime que ses limites dans les grands cols, à haute altitude, restent un frein évident face aux cadors du peloton tels que Primoz Roglic, Tadej Pogacar et Geraint Thomas.

"Le seul doute qu’on a pour Julian, c’est la haute-montagne, estime Hinault. Même si c’est peut-être un peu moins dur cette année… S’il y a la grosse bagarre dans la haute-montagne, ça va aller très vite. Il a prouvé en contre-la-montre, il arrive en super condition dès le départ et il a fait des stages en montagne. Ce serait génial qu’on se trompe. On sait qu’il y a des équipes qui vont se marquer, c’est possible qu’il joue un coup. Il faut qu’il joue là-dessus."

En attendant un éventuel exploit en montagne dans les prochains jours, Alaphilippe a déjà fait aussi bien que son aîné en parvenant à lever les bras sur le Tour tout en étant champion du monde. Hinault avait réussi cette performance en 1981 lorsqu'il s'était adjugé le prologue et trois étapes de la Grande Boucle.

>> Les podcasts de l'Intégrale Tour

RR