RMC Sport

Tour des Flandres: Alaphilippe félicite le vainqueur Asgreen, "une machine"

Lâché à la suite d'une attaque de son coéquipier Kasper Asgreen, vainqueur du Tour des Flandres, le champion du monde Julian Alaphilippe tenait à saluer le Danois sur la ligne d'arrivée.

Julian Alaphilippe n’a pas levé les bras sur la ligne d’arrivée. Mais c’est bien un coureur de l’écurie Deceuninck-Quick Step, omniprésente sur ce Tour des Flandres, qui l’a emporté à l’issue d’un final électrique ce dimanche. Julian Alaphilippe était trop loin pour assister à un dénouement que peu d’observateurs avaient vu venir, tant Mathieu van der Poel semblait disposer d’un ascendant certain au sprint sur Kasper Asgreen. Néanmoins, le Français s’est dit impressionné et surtout satisfait de la victoire de son coéquipier, la plus grande du Danois, âgé de seulement 26 ans.

Alaphilippe: "Il a fait ce qu'il fallait"

"C’était un beau final. On a fait le maximum, a réagi Julian Alaphilippe à notre micro. Et à partir du moment où j’étais encore devant avec Kasper, j’ai tout de suite senti que ça allait être compliqué pour moi. J’ai entendu Kasper à la radio, qui était en train de faire une démonstration. Je suis trop content pour lui, il le mérite." La course s’est dénouée dans les trente derniers kilomètres, moment choisi par Asgreen pour placer une accélération foudroyante qui allait figer sur place tous les costauds, à l’exception de Mathieu van der Poel et de Wout Van Aert. Julian Alaphilippe ne s’en relèvera pas.

"Il a fait ce qu'il fallait, commentait Alaphilippe sur la ligne, conscient que c’était la chose faire, dans la mesure où le Danois était plus fort que lui aujourd’hui. On est venu pour gagner, c’est vraiment une machine." Dans le final, van der Poel a violemment attaqué dans la troisième ascension du Quaremont, distançant Van Aert pour de bon. Au prix d'un gros effort, Asgreen est parvenu à revenir dans son sillage à 16 kilomètres de la ligne et le duo s'est dirigé vers l'arrivée pour se disputer la victoire. Et alors qu’on pensait le Néerlandais plus puissant que le Danois, c’est bien ce dernier qui a porté l’estocade, privant van der Poel d'un doublé qui lui tendait les bras.

QM avec AS