RMC Sport

Clubs, revenus, playoffs... à quoi pourrait ressembler la Super League

Douze grands clubs européens devraient officialiser prochainement leur volonté de créer une Superleague. Pour concurrencer la Ligue des champions de l’UEFA et empocher plus de revenus. Reste à savoir quel visage pourrait prendre cette compétition élitiste, qui fait énormément réagir ces dernières heures.

Ils sont douze pour l’instant. Et leur projet révolutionnaire met la planète foot dans tous ses états. Plusieurs grands clubs européens devraient officialiser prochainement leur volonté de créer une Superleague. Le Real Madrid, le Barça, l’Atlético de Madrid, l’Inter, l’AC Milan, la Juventus, Manchester City, Manchester United, Arsenal, Liverpool, Chelsea et Tottenham se seraient entendus pour lancer une nouvelle compétition semi-fermée. Avec l’objectif d’empocher un maximum de gains.

De quoi menacer sérieusement l’avenir de la Ligue des champions et de la Ligue Europa. Mais aussi l’attractivité des championnats nationaux. L’UEFA et plusieurs fédérations ont déjà fait savoir qu’elles se battraient jusqu’au bout pour faire capoter ce projet élitiste. Plusieurs gouvernements pourraient également s’en mêler.

Vingt clubs et un système de playoffs

Reste à savoir en quoi consisterait exactement cette Superleague. Les clubs qui en sont à l’origine travaillent dessus depuis un bon moment. Des documents ont été édités il y a quelques mois pour en définir les contours, sans qu’ils soient définitifs. L’idée serait de lancer ce nouveau format pour la saison 2022-2023.

Vingt clubs seraient invités à y participer. Ils seraient répartis en deux poules de dix. Chaque équipe rencontrerait ses neuf adversaires lors d’une première phase de matchs aller-retour. Avec des rencontres programmées en semaine.

Les quatre meilleurs de chaque poule seraient ensuite qualifiés pour les playoffs. Un système de "meilleur contre pire" serait alors appliqué pour déterminer les affiches des quarts de finale, qui se joueraient en aller-retour. La meilleure équipe de la phase de poules affronterait la huitième, la deuxième serait opposée à la septième, la troisième à la sixième et la quatrième à la cinquième (comme pour les playoffs NBA). Les quatre qualifiés se retrouveraient pour les demi-finales, toujours en aller-retour. Avant la finale sur terrain neutre, programmée durant un week-end.

Un système de contrôle financier

Les clubs engagés auraient donc potentiellement 23 matchs à disputer pour remporter cette Superleague. En parallèle, l’idée serait de les laisser participer à leurs championnats nationaux. Une subvention de 3,525 milliards d’euros, appelée "Infrastructure Grant", serait prévue pour les clubs fondateurs afin de compenser les pertes liées à la pandémie de Covid-19. Un pourcentage fixe (65%) des revenus médiatiques, comprenant les droits de retransmission, serait réparti à parts égales entre les différents clubs.

Sans conserver le fair-play financier de l’UEFA, la Superleague prévoirait tout de même un plafond de dépenses à ne pas dépasser. Cette limite serait calculée en fonction des revenus de chaque club. Un organe de contrôle, appelé "Financial Sustainability Group", serait chargé d’étudier les comptes des participants, avec des audits et des vérifications régulières. Des sanctions seraient prévues pour les clubs qui ne respecteraient pas les règles.

Un président élu tous les cinq ans

Au niveau structurel, la Superleague serait dirigée par ses clubs fondateurs. Une assemblée générale, composée d’un représentant de chaque équipe, se réunirait une fois par an pour approuver les grandes orientations. Un conseil d’administration superviserait les activités courantes, à travers huit à dix réunions annuelles.

Six comités seraient également chargés de faire des recommandations afin d’améliorer la Superleague tout au long de l’année, via ces différents thèmes: droits des médias, format de la compétition, stratégie financière, solidarité et expérience des fans. Le tout supervisé par un président des comités, qui serait élu tous les cinq ans.

dossier :

La Super League

Alexandre Jaquin avec LT