RMC Sport

Coupe du monde 2018: la Fifa avait choisi la Russie avant le vote, selon Blatter

Dans une très longue interview accordée à l’agence de presse russe Tass, Sepp Blatter, président de la Fifa éclaboussé par une vaste affaire de corruption et actuellement suspendu, a expliqué que l’instance internationale avait choisi d’attribuer la Coupe du monde 2018 à la Russie avant le vote. Il explique aussi qu’il était convenu que le Mondial 2022 se déroule aux Etats-Unis avant que Michel Platini, sous l’influence de Nicolas Sarkozy, ne donne son choix au Qatar.

Cerné de toutes parts par les affaires de corruption et les scandales, Sepp Blatter se montre très bavard. Le président de la Fifa, actuellement suspendu 90 jours pour « gestion déloyale et abus de confiance », s’est longuement confié à l’agence de presse russe, Tass. Il a notamment révélé que l’instance suprême du football mondial avait décidé dès la Coupe du monde 2010 d’attribuer l’édition 2018 à la Russie, puis celle de 2022 aux Etats-Unis. Soit six mois avant l’officialisation de l’annonce.

« En 2010, nous avions eu une discussion lors de la Coupe du monde et nous sommes partis sur une double décision, explique-t-il. Pour les Coupes du monde, il a été convenu que nous irions en Russie (en 2018, ndlr) parce que nous n’avons jamais été là-bas, ni en Europe de l’Est, et qu’en 2022 nous reviendrions en Amérique. Nous aurions alors eu les Coupes du monde dans les pouvoirs politiques les plus puissants du monde. »

Et Sarkozy entra dans la danse

Le dirigeant suisse poursuit alors sa tirade en dévoilant les coulisses de l’attribution du Mondial 2022, point de départ, selon lui, des accusations qui ébranlent la Fifa depuis de longs mois. Selon lui, Nicolas Sarkozy, alors président de la France, aurait convaincu Michel Platini de soutenir le dossier qatari plutôt que celui américain.

« Tout était bon jusqu’au moment où Sarkozy est arrivé dans une réunion avec le prince héritier du Qatar qui est maintenant le dirigeant du Qatar (Tamim bin Hamad Al Thani), poursuit-il. Lors d’un déjeuner avec M.Platini, il a dit que ce serait bien d’aller au Qatar. Cela a tout changé. Nous avons organisé un vote à bulletin secret. Quatre votes en provenance de l’Europe ne sont pas allés aux Etats-Unis et le résultat a été de 14 à 8 (en faveur du Qatar). Si vous mettez ces quatre votes (aux Etats-Unis), cela aurait fait 12-10 (pour les Etats-Unis). S’ils avaient eu la Coupe du monde, nous serions seulement en train de parler de la superbe Coupe du monde 2018 en Russie et nous n’évoquerions aucun problème à la Fifa. »