RMC Sport

Coupe du monde: qui a remporté la dernière édition en 2018 ?

Le 15 juillet 2018, au stade Loujniki de Moscou, l'Equipe de France était sacrée championne du monde pour la deuxième fois de son histoire, en battant la Croatie 4-2. Dans un mois, les Bleus remettront leur titre en jeu au Qatar.

Un moment suspendu, où la terre semblait s'arrêter de tourner, où tout un pays semblait réuni autour d'un même événement. 26,1 millions de français étaient devant la télévision pour regarder le sacre des bleus.

Il était 17h en France dimanche 15 juillet, lorsque l'Equipe de France s'apprêtait à disputer sa première finale mondiale depuis la désillusion de 2006. - avec encore en tête l'Euro perdu à domicile contre le Portugal - Face à l'étonnante Croatie, les Bleus étaient favoris. Rapidement, les futurs champions du monde ont montré à leur adversaire qu'ils seraient difficile à battre ce jour-là.

Un parcours semé d'embûches

Bien que la victoire a été nette, le parcours de l'Equipe de France n'a pas été un long fleuve tranquille. Paradoxalement, la finale contre la Croatie semble avoir été le match le plus facile des bleus.

La compétition commençait péniblement pour la France, le 16 juin 2018. Opposé à l'Australie - qu'elle retrouvera au Qatar -, l'Equipe de France a commencé péniblement par une courte victoire 2-1 au terme d'un match peu convaincant. Ce n'était guère mieux contre le Pérou, battu 1-0 sans grand spectacle. Qualifié et première de son groupe en cas de nul, la France a ensuite joué face au Danemark - futur adversaire des bleus - un match d'un ennui total, peut-être le pire match du tournoi en terme de spectacle (0-0).

Place au huitième de finale face à l'Argentine de Messi. L'un des matches les plus fous de l'histoire de l'Equipe de France. Après un raid exceptionnel à travers la majeure partie du terrain, Kylian Mbappé obtenait un pénalty transformé par Antoine Griezmann. S'en est suivie une succession de malheureux événements qui ont vu l'Argentine passer devant (2-1). La suite relevait de l'irrationnel. Un centre raté, une demi-volée absolument parfaite de Benjamin Pavard, et un récital de Kylian Mbappé. La France l'emportait 4-3.

Après un quart de finale remporté 2-0 face à l'Uruguay, la France jouait une demi-finale spéciale, face à la Belgique, tombeuse du Brésil de Neymar, et qui arrivait avec d'énormes ambitions. Un coup de casque de Samuel Umtiti a suffi a éteindre les rêves belges (1-0). La France n'avait alors plus qu'à finir le travail, au stade Loujniki face à la Croatie. Une victoire 4-2, nette et sans bavure.

P.B