RMC Sport

Coupe du monde 2022: Hummels a du mal à digérer sa non-sélection avec l’Allemagne

Mats Hummels ne participera pas à son troisième Mondial avec l’Allemagne. Le défenseur central de 33 ans n’a pas été retenu par Hans-Dieter Flick pour la compétition au Qatar et a eu un peu de mal à encaisser cet échec.

Bourreau de la France en 2014, Mats Hummels ne recroisera pas la route de l’équipe de France lors du Mondial 2022 disputé du 20 novembre au 18 décembre au Qatar. La faute aux choix du sélectionneur allemand Hans-Dieter Flick dans sa liste des 26. Malgré ses 76 capes avec l’Allemagne et ses 18 matchs cette saison avec le Borussia Dortmund, le défenseur de 33 ans a fait les frais du rajeunissement de l’effectif voulu par l’entraîneur national qui a préféré "regarder vers l'avenir" et convoquer le jeune Armel Bella-Kotchap (20 ans). Un échec difficile à vivre pour Mats Hummels.

"Sans surprise, c'est l'une des plus grosses déceptions de ma carrière a écrit le vétéran du BVB sur les réseaux sociaux. Je croiserai les doigts pour l'équipe pendant la Coupe du monde."

>> Toutes les infos avant la Coupe du monde 2022

Hummels veut se réfugier dans le travail

Plus sélectionné depuis l'élimination dès les huitièmes de finale de l'Euro en 2021, Mats Hummes espérait avoir convaincu Hansi Flick de lui faire confiance après son bon débu de saison. Titulaire indiscutable au Borussia Dortmund et même capitaine à plusieurs reprises, Mats Hummels va finalement pouvoir profiter d’une période de repos inattendue pendant la durée de la Coupe du monde au Qatar.

"Le temps m’aidera à répondre à une telle expérience avec un travail acharné, a encore estimé l’un des déçus de la liste allemande. Comme je le fais toujours."

Après le match de la 15e journée de Bundesliga, ce vendredi contre le Borussia Mönchengladbach, le champion du monde 2014 ne devrait pas rejouer en compétition avant le 22 janvier prochain pour la reprise du championnat allemand. D’ici-là, Mats Hummels se contentera de matchs amicaux avec le BVB et surtout ne beaucoup de travail.

Jean-Guy Lebreton