RMC Sport

Coupe du monde 2022: une sanction est bien prévue contre le brassard LGBT, selon la presse anglaise

Dans un premier temps évoquée, une sanction sera bien appliquée par la Fifa contre les capitaines qui porteront le brassard "OneLove", selon la presse anglaise. Ce sera notamment le cas pour Harry Kane cet après-midi contre l'Iran.

Les capitaines qui décident le porter le brassard "OneLove" seront bien sanctionnés. C'est en tout cas ce qu'affirme la presse anglaise. Selon le Times, le chef de la Fédération Anglaise Mark Bullingham vient d'affirmer que la Fifa a acté dimanche soir que le port du brassard LGBTQ+ entraînerait des sanctions sur le terrain. Ce pourrait être le cas pour Harry Kane ce lundi après-midi contre l'Iran (14 heures).

En conférence de presse, l'attaquant de Tottenham s'était exprimé sur le sujet. "Nous avons clairement dit que nous souhaitons tous, en tant qu'équipe, et le staff également, que je porte ce brassard. Je sais que la FA et la Fifa échangent sur le sujet en ce moment et je suis certain qu'un accord sera trouvé d'ici le coup d'envoi." Quelques heures plus tard, le Guardian annonçait que le capitaine et la sélection se posaient sérieusement la question face aux menaces de sanction contre le joueur s’il arbore ce morceau de tissu en soutien aux droits LGBTQ+.

>> Toutes les infos du Mondial en direct

D'autres capitaines porteront le brassard

Samedi, au moment d'annoncer ses propres brassards véhiculant d'autres messages qui eux ne vont pas à l'encontre de la politique en place au Qatar, la Fifa avait pourtant indiqué que "les équipes participantes pourront diffuser leurs propres messages via les brassards des capitaines", ce qui ne semble plus accepté 48 heures plus tard.

Ces derniers jours, l'Allemagne via Manuel Neuer, le Danemark, les Pays-Bas et le pays de Galles ont informé qu'ils comptaient bel et bien arborer ce brassard "OneLove" lors de leurs rencontres respectives. Christian Eriksen a indiqué que le capitaine danois, Simon Kjaer, le porterait "peu importe les conséquences".

De son côté, Hugo Lloris a confirmé qu'il ne porterait pas le brassard lors de France-Australie. "La Fifa organise la compétition. Nous, les joueurs, on nous demande de jouer au football. Je préfère rester dans mon cadre. Il y a différentes causes qui sont louables, qu'il faut soutenir. La Fifa décide de l'organisation", a confié le gardien des Bleus en conférence de presse.

AS