RMC Sport

Croatie-Brésil: coup de tonnerre, la Seleçao tombe en quart de finale du Mondial face aux spécialistes de la prolongation

Spécialiste de la prolongation, la Croatie a emmené le Brésil dans une séance de tirs pour se qualifier en demi-finales de Coupe du monde. Malgré un Neymar record, qui a égalé Pelé au nombre de buts en sélection, la Seleçao connaît une grosse déception au terme d'un match où elle a buté à plusieurs reprises sur Dominik Livakovic.

Poussée en prolongation et dos au mur, la Croatie a encore trouvé la solution. Ce vendredi, portés par leur muraille Dominik Livakovic, les Vatreni ont éliminé le Brésil (1-1, 4-2 tab), l'un des favoris de cette Coupe du monde 2022, se qualifiant pour la deuxième fois de suite pour les demi-finales de cette compétition. La Seleçao pensait pourtant avoir réalisé le plus dur grâce à Neymar.

Livakovic a frustré le Brésil

Arrivé avec énormément d'ambitions au Qatar, le Brésil a été emmené en prolongation par une équipe spécialiste de l'exercice. Ce vendredi, les Vatreni ont disputé trente minutes supplémentaires pour la huitième fois dans un match à élimination directe depuis l'Euro 2008, sur neuf rencontres disputées au total. Seule la France lors de la finale du Mondial 2018 était parvenue à faire plier les Croates avant la fin du temps réglementaire.

Les Brésiliens ont longtemps été frustrés par une équipe portée par une muraille nommée Dominik Livakovic, qui a sauvé les siens à plusieurs reprises à l'image des tentatives de Neymar (55e) ou Lucas Paqueta (86e). Avec huit arrêts avant la prolongation, le portier de 27 ans avait déjà réalisé un record: jamais un gardien croate n'avait réalisé autant d'arrêts dans un match de Coupe du monde. Le joueur du Dinamo Zagreb a terminé la partie à 11 parades.

Neymar a égalé Pelé

Si la Croatie a accepté progressivement la domination du Brésil, elle a malgré tout fini par craquer. Juste avant la mi-temps de la prolongation (105+1e), Neymar a combiné avec Lucas Paqueta pour se retrouver dans la surface de réparation. Après avoir effacé Livakovic, l'attaquant du PSG a signé son 77e but en sélection, égalant le record du "Roi" Pelé.

Si Pelé, qui se bat ces derniers jours contre le cancer, a gagné à trois reprises la Coupe du monde avec le Brésil, voilà 20 ans que tout un pays attend un nouveau sacre. Il faudra encore patienter. En 2014, à domicile, Neymar avait quitté ses coéquipiers sur blessure avant la demie cauchemardesque face à l'Allemagne (7-1). Blessé à la cheville le 24 novembre dernier, Neymar s'était livré un contre la montre pour revenir à temps pour les huitièmes de finale. Buteur sur penalty lors de son retour face à la Corée du Sud (4-1), le joueur de 30 ans n'a malgré tout pas endossé le costume de sauveur.

Le cauchemar de Marquinhos

Car la sélection dirigée par Zlatko Dalic n'a trouvé le cadre qu'à une seule reprise, offrant une leçon de réalisme avec l'égalisation signée Bruno Petkovic à la 116e minute, sur un service de Mislav Orsic. Auteur de trois arrêts lors de la séance de tirs au but face au Japon lundi, une performance seulement réalisée par deux gardiens avant lui, Dominik Livakovic présentait forcément des garanties si la décision devait à nouveau se faire dans cet exercice.

Dès le premier tir, Livakovic a continué de surfer sur sa dynamique, stoppant la frappe de Rodrygo. En face, Luka Modric et ses partenaires n'ont pas tremblé. Quatrième tireur, Marquinhos a trouvé le poteau, synonyme de nouvelle élimination pour le Brésil au stade des quarts de finale de Coupe du monde, quatre ans après le revers face à la Belgique. Pour le défenseur du PSG, l'histoire est d'autant plus cruelle puisqu'il avait dévié quelques minutes plus tôt la frappe de Petkovic. Dans la foulée, les joueurs brésiliens, à l'image de Neymar, n'ont pas pu retenir leurs larmes.

La Croatie attend désormais de connaître son adversaire pour une place en finale de Coupe du monde, qu'elle pourrait ainsi retrouver quatre ans après. Ce vendredi (20h), l'Argentine et les Pays-Bas se défieront avec l'opportunité pour le vainqueur de jouer contre les Vatreni mardi (20h). Une chose est sûre: pour l'équipe qui voudra battre les Croates, il ne faudra pas attendre la prolongation.

GL