RMC Sport

Deschamps : "La porte reste ouverte"

Rassuré par la victoire de l’équipe de France face au Danemark (2-0), ce dimanche à Saint-Etienne, Didier Deschamps a rappelé qu’il pouvait encore appeler de nouveaux joueurs chez les Bleus d’ici à l’Euro 2016, lui qui n’a ouvert son groupe qu’à Nabil Fekir depuis la Coupe du monde.

Didier Deschamps, quels enseignements tirez-vous de cette victoire face au Danemark ?

On avait de bonnes intentions. On a eu beaucoup d’enchaînements en première mi-temps. On a su mettre les Danois sous pression. Il y a eu un bon équilibre. Les quatre joueurs offensifs ont dû changer de position mais ils ont respecté cet équilibre. On aurait pu marquer plus de buts mais la deuxième mi-temps était plus fade. Evidement ce n’était pas le même adversaire que le Brésil, mais cela m’a permis de faire jouer tous les joueurs à part le troisième gardien, Benoît Costil.

Qu’avez-vous pensé de la performance d’Alexandre Lacazette et de l’accueil qui lui a été réservé dans le Chaudron ?

De façon générale, on a eu une belle ambiance. Après, on ne peut pas empêcher une minorité de se focaliser sur des joueurs qui portent le maillot d’un club qui n’est pas très loin. J’aurais préféré que ça ne soit pas le cas. Alex a bien répondu sur le terrain. Pour Nabil qui est entré, ce n’est pas évident. Il est jeune (21 ans). Ça lui permettra de s’aguerrir un peu plus. Quant à la performance de Lacazette, il marque, c’est bien. C’est le deuxième match qu’il débute avec nous (après France-Albanie, 1-1, en novembre dernier). Il s’est adapté. C’est bien pour moi d’avoir des réponses comme ça. Ce but va lui faire du bien. Il va acquérir un peu plus d’expérience après son premier match, qui avait été plus difficile pour lui.

Nabil Fekir est le seul nouveau joueur que vous avez appelé depuis la Coupe du monde. Est-ce que cela signifie que vous avez vu tous ceux que vous vouliez voir ?

Non, si j’estime qu’un autre peut apporter… Si ceux qui sont là sont performants, je ne vais pas changer pour changer. Je ne sais pas tout ce qui peut se passer. La porte reste ouverte au cas où.