RMC Sport

Équipe de France: Benzema, l'Euro, son avenir... Les réponses de Deschamps sur BFMTV

En direct de Clairefontaine sur BFMTV, Didier Deschamps a fait le point sur la préparation pour l'Euro après le premier match amical remporté contre le Pays de Galles. Le sélectionneur des Bleus a aussi évoqué le retour "naturel" de Karim Benzema, l'ambition de l'effectif pour la compétition et son avenir à la tête de l'équipe.

Didier Deschamps était l'invité de BFMTV, vendredi après-midi, soit deux jours après la victoire 3-0 de l'équipe de France contre le Pays de Galles, à l'occasion de son premier match de préparation pour l'Euro (11 juin-11 juillet). Le sélectionneur a fait un point sur son groupe, sur l'intégration de Karim Benzema et sur ses ambitions pour le tournoi, à quatre jours du deuxième test contre la Bulgarie, et à onze jours de l'entrée en lice face à l'Allemagne. RMC Sport a sélectionné les meilleurs extraits de cette interview.

"C'est une étape. Ce match venait conclure une première semaine avec une charge de travail importante. L'adversaire, même s'il a été réduit à dix, avait beaucoup de détermination. On est dans la deuxième partie de la préparation, avec ce deuxième match face à la Bulgarie. Il y a déjà des réponses positives, et des choses à améliorer. On a besoin d'être dans la difficulté, c'est nécessaire, et ça passe par beaucoup d'échanges avec les joueurs et de répétition à l'entraînement".

  • Deschamps salue l'intégration "naturelle" de Benzema

"Il entre dans un groupe qui se connaît. Je le dis en toute sincérité, ça s'est fait naturellement. Il connaît la plupart des joueurs. C'est un non-sujet. Je peux imaginer que ça puisse amener des questions. Mais pour les gens qui me connaissent bien, si j'ai pris cette décision, c'est parce que j'ai bien mesuré qu'il n'y avait aucun problème sur cet aspect. Par rapport à tous les joueurs, l'équipe de France est au-dessus de tout. Quand je fais un choix, je le fais dans ce que je pense être le bien de l'équipe de France. Si c'est un cas personnel, comme j'ai pu en avoir avec certains joueurs, je passe au-dessus. Je considère que l'équipe de France et l'intérêt collectif sont bien supérieurs à ma personne".

  • Prudence sur le statut de favori à l'Euro

"Je ne peux pas calmer l'environnement extérieur, qui est j'imagine très positif. Avoir confiance et de l'ambition, oui, mais il ne faut surtout pas s'installer dans un confort. Je l'ai déjà dit aux joueurs et je le redirai. Au-delà de la qualité individuelle, la force collective est au-dessus de tout. Il faudra beaucoup d'autres ingrédients, dont l'état d'esprit et la détermination. Certains pourraient penser qu'on a déjà gagné les matchs sans entrer sur le terrain, mais le sportif français en générla n'est jamais performant dans cette situation. Il y a ce qu'il s'est passé en 2002 (les Bleus éliminés au premier tour de la Coupe du monde, ndlr), mais je serai très vigilant avec mon staff".

"À Nice [contre le Pays de Galles], c'était tellement triste d'être dans un stade vide. C'est la dernière fois, j'espère. On ne maîtrise pas, mais le football c'est partager des émotions. Mais la priorité est toujours sanitaire".

  • "Épanoui", Deschamps ouvre la porte pour l'après-2022

"Je suis un sélectionneur heureux, parce que j'ai de bons résultats, mais je suis aussi un homme heureux. Comme je le dis, je suis épanoui dans ma fonction de sélectionneur, ça me va bien. À partir du moment où je garde la même passion et la même énergie, il n'y aura pas de problème de mon côté. Si je suis là aujourd'hui, et ça fera bientôt dix ans, c'est parce que j'ai obtenu des résultats. Je ne me projette pas, mais ce n'est pas impossible [de prolonger après 2022]".

dossier :

Euro 2020

Julien Absalon avec Mohamed Bouhafsi