RMC Sport

Equipe de France: Giroud a pris du "recul", mais ne veut pas annoncer sa retraite internationale

Invité ce lundi soir de "C à vous", sur France 5, Olivier Giroud a évoqué sa mise à l'écart des Bleus depuis l'Euro. S'il assume ses récentes déclarations, l'attaquant international explique avoir pris du recul sur sa situation en équipe de France et sur la possibilité d'avoir peut-être connu sa dernière sélection. Pour autant, il assure ne pas vouloir annoncer sa retraite.

Il n'est plus apparu avec le maillot de l'équipe de France depuis le match contre la Suisse à l'Euro le 28 juin, il n'a pas été convoqué par Didier Deschamps pour le rassemblement de septembre, ni pour celui d'octobre, et pas non plus pour celui de novembre, mais Olivier Giroud (35 ans) fait toujours l'actualité chez les Bleus.

Ce lundi, le sélectionneur tricolore a ainsi été interrogé en conférence de presse sur les récentes déclarations de l'attaquant milanais, qui s'était dit "surpris" de la manière dont il avait été écarté. "Chacun est libre de s'exprimer sur sa situation et de livrer son ressenti, a répondu 'DD'. Le plus important pour moi, ce sont les discussions que j'ai avec mes joueurs. Et Olivier sait." Quelques heures plus tard, Giroud était justement l'invité de "C à vous", sur France 5. L'occasion pour lui de commenter la prise de parole du technicien.

"J’ai déjà eu énormément de chance. Je me considère comme béni d’avoir pu réaliser mon rêve de gosse"

"Je ne suis pas surpris de la question du journaliste ('Giroud s'est-il tiré une balle dans le pied?') qui jette un peu d’huile sur le feu, a d'abord grincé l'attaquant français. J’essaye simplement d’être honnête, de parler avec la plus grande franchise. Je ne pense pas m’être tiré une balle dans le pied, je dis juste ce que je ressens."

Mais les sentiments, visiblement, ont évolué. S'il a paru blessé dans un premier temps, Giroud a depuis digéré. Et si sa 110e sélection devait être la dernière, alors il s'efforcera de retenir le positif. "Bien sûr que je serais heureux si je pouvais y retourner (chez les Bleus), a-t-il confié. Je n’ai pas pris ma retraite et je ne pense pas que je l’annoncerai un jour car c’est toujours un honneur d’être appelé en équipe de France. Si le coach a besoin de moi, je répondrai présent. Mais j’ai pris un peu de recul par rapport à ça, je me concentre sur mon club, le Milan AC, je passe aussi un peu plus de temps avec ma famille, ce qu’il y a de plus cher pour moi, et on verra de quoi l’avenir sera fait. J’ai déjà eu énormément de chance. Je me considère comme béni d’avoir pu réaliser mon rêve de gosse."

Benzema? "Quand vous ramenez n’importe quel joueur dans une équipe, il y a un temps d’adaptation nécessaire"

En outre, Olivier Giroud a également parlé de celui qui a pris sa place à la pointe de l'attaque tricolore: Karim Benzema. Dans son récent ouvrage, l'ancien joueur d'Arsenal et de Chelsea avait pointé le "déséquilibre" provoqué par le retour du Madrilène dans le jeu des Bleus à l'Euro. Ce lundi soir, il a précisé sa pensée.

"Je le répète encore une fois: je n’ai absolument rien contre lui, on a eu une bonne relation durant l’Euro, dit-il. Il est évident que même Messi aujourd’hui, quand il arrive à Paris, il n’y a pas d’alchimie de trouvée en cinq minutes. Quand vous ramenez n’importe quel joueur dans une équipe, il y a un temps d’adaptation nécessaire. Mais je pense que l’équipe a progressé depuis (l'Euro), elle s’est aussi adaptée à son nouveau système, avec une défense à cinq. On a vu avec la victoire en Ligue des nations, où Karim a marqué des buts importants, que le temps faisait les choses. Mais oui, au début, il a fallu trouver la bonne formule."

C.C.