RMC Sport

FFF: Le Graët réélu très largement pour quatre ans

Le président de la Fédération française de football Noël Le Graët, en poste depuis 2011, a été réélu dès le premier tour ce samedi pour quatre ans, après un vote de l'Assemblée fédérale de la FFF largement favorable au Breton de 79 ans.

Le suspense a-t-il seulement existé ? Pas vraiment. Sans surprise, le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët a été réélu ce samedi, dès le premier tour, avec une écrasante majorité devant les deux autres prétendants à cette élection. C'est la troisième fois, après 2012 et 2017, que l'entrepreneur guingampais est reconduit à son poste. Il a été déclaré vainqueur avec 73,02% des suffrages de l'Assemblée fédérale contre 25,11% à son rival historique, l'avocat et ex-dirigeant de la Ligue professionnelle (LFP) Frédéric Thiriez, et 1,87% à l'homme d'affaires et conseiller de clubs Michel Moulin.

"La marge de manœuvre est mince" pour le football amateur

Noël Le Graët va entamer un nouveau mandat dans une période trouble pour le football. Il y a, à très court terme, la question de la reprise du football amateur, à l'arrêt à cause de la crise sanitaire. Le président de la 3F a déjà été accusé de "délaisser" les plus petits clubs en cette période trouble, alors qu'aucune décision définitive n'est encore prise. Ses détracteurs le dépeignent en président autoritaire, plus intéressé par les Bleus que par le foot amateur. "La marge de manœuvre est mince. Si à la fin du mois ou au début du mois prochain, on ne peut pas, on ne pourra pas reprendre”, a-t-il indiqué en conférence de presse.

Les personnalités hostiles au président Le Graët mettent en avant ses propos déplacés sur le racisme, l'homophobie et les femmes dans le foot. "C'est important d'avoir une bonne image bien lisse, bien élevée mais il peut m'arriver de dire des gros mots", a-t-il ironisé samedi. Les détracteurs de l'ancien maire de Guingamp critiquent par ailleurs son attentisme dans la crise secouant l'équipe de France féminine et la gouvernance à la FFF. Un sujet sur lequel il sera attendu au tournant, alors que sa directrice générale Florence Hardouin est très critiquée en interne. "Florence Hardouin sera DG, a-t-il annoncé. Si certains veulent partir, on ne peut pas les retenir."

Par ailleurs, la Fédération française de football a déploré vendredi 30 millions d'euros de recettes en moins sur la saison 2019-2020 par rapport à l'exercice précédent en raison de la pandémie de Covid-19. Réunie en Assemblée générale, la FFF a acté une diminution de plus de 11% de ses produits sur la saison dernière, marquée par l'arrêt des championnats au printemps, le report des matchs internationaux et des pertes majeures en billetterie en raison du huis clos sanitaire. Au total, les revenus enregistrés sont à hauteur de 234,7 millions d'euros, contre 265 millions d'euros en 2018-2019.

Principaux facteurs de baisse des recettes, les droits TV (-8,9 millions d'euros) et les revenus de billetterie (-8,5 millions d'euros), ce qui ne l'a pas empêchée de dégager un résultat net positif de 441.000 euros sur la saison.  Néanmoins, le trésorier de la FFF Lionel Boland a annoncé que la Fédération prévoyait un exercice 2020-21 déficitaire en raison du "contexte sanitaire" et du "litige de la Ligue de football professionnel (LFP) avec Mediapro" sur les droits TV qui risque de réduire "d'environ 15 millions d'euros" la contribution espérée du foot pro à la FFF.

QM avec VJ