RMC Sport

France-Afrique du Sud: le Lensois Clauss ne s'inquiète pas d'éventuels sifflets à Lille

Deux jours avant France-Afrique du Sud à Lille e, match amical, le néo-international français Jonathan Clauss ne semble pas craindre d’éventuels sifflets contre lui. Pour rappel, le piston joue au RC Lens, club rival du LOSC.

Les sifflets du Vélodrome sont encore dans tous les esprits. Ce vendredi, plusieurs joueurs, dont l’ancien Parisien Adrien Rabiot, ont été pris en grippe par le public marseillais, en marge de France-Côte d'Ivoire (2-1). Mardi prochain, l’équipe de France évoluera contre l’Afrique du Sud à Lille, dans le stade rival du RC Lens de Jonathan Clauss. Mais le piston droit ne s’inquiète pas d’éventuels sifflets contre lui.

"Je n’ai aucun message à faire passer, répond-il calmement ce dimanche en conférence de presse. J’ai le maillot de l’équipe de France sur le dos. Que je sois sifflé ou pas, à la rigueur... Si je ne le suis pas, tant mieux ça va m’aider au moins. Si je le suis, c’est OK. C’est comme ça". Ce vendredi face à la Côte d’Ivoire, il a fêté sa première sélection en entrant en jeu à la 88e minute.

Tchouaméni: "J'espère qu'ils ne vont pas trop siffler Jo"

De son côté, Aurélien Tchouaméni pense que tout cela se passera bien au stade Pierre-Mauroy. "À chaque fois qu’on a l’occasion d‘aller en province ou même au stade de France, on sent l’engouement qu’il y a autour de cette équipe. C’est toujours un plaisir d’aller jouer en Province. On a eu un top accueil à Marseille, je suis persuadé qu’on aura un top accueil à Lille. J’espère qu’ils ne vont pas trop siffler Jo, sourit-il. Je suis convaincu qu’il y aura un fort élan derrière nous".

"Ça risque d'être un peu différent mais il ne faut appréhender. C’est une exigence à apprendre, comprendre mais ça ne me fait pas plus peur que ça", explique également Clauss au sujet d’une potentielle deuxième sélection. Avant de tempérer également à propos d’une éventuelle participation à la Coupe du monde (21 novembre-18 décembre): "On a tous envie de jouer des compétitions extraordinaires. Après, il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Il faudra continuer à être performant".

JAu