RMC Sport

Equipe de France: Deschamps aurait discuté avec ses cadres du retour de Benzema

Didier Deschamps faisait murir le retour de Karim Benzema en équipe de France depuis plusieurs semaines. Selon le Parisien, il en aurait notamment discuté avec ses cadres.

Avant de bruisser quelques heures avant l’annonce, le retour de Karim Benzema en équipe de France avait été bien gardé. Didier Deschamps, sélectionneur, y songeait pourtant depuis quelques temps déjà. "Quand ai-je pris ma décision? Aujourd’hui (mardi) pour la confirmer, mais évidemment elle a été prise il y a un bon petit moment dans ma tête, a-t-il déclaré. Il y a de l’échange avec mon staff et il y a eu des étapes dans cette prise de décision. Je n’ai pas cherché à cacher quoi que ce soit. J’ai fait classique, j’ai des pré-listes à faire et il y avait des noms dans cette pré-liste. Je n’ai rien caché."

Lloris, Varane, Pogba et Giroud sondés

Le cheminement date peut-être du rassemblement de mars où il avait remarqué la souffrance de son équipe en attaque. Noël le Graët, président de la fédération française de football, a confirmé mardi que les deux hommes en avaient discuté il y a un mois. Et le patron du football français a vite donné son assentiment à son sélectionneur.

Ce dernier a aussi pris le pouls auprès de son groupe. Selon Le Parisien, Deschamps a consulté ses cadres du retour de l’attaquant du Real Madrid. Il se serait entretenu avec Hugo Lloris, son capitaine, Raphaël Varane, vice-capitaine et coéquipier de Benzema au Real, mais aussi Paul Pogba et Olivier Giroud, deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus qui sera mis en concurrence par le retour de Benzema. Aucun ne s’est opposé à sa présence.

"Je n’ai jamais impliqué les joueurs dans la sélection d’un joueur"

Une base sereine même si Benzema a, dans le passé, titillé le rendement de Giroud avec sa fameuse comparaison du "karting et de la F1". Deschamps devra gérer cette cohabitation même s’il en a certainement déjà discuté avec les deux attaquants, compétiteurs et bourreaux de travail avant tout.

"C’est mon travail de gérer, a expliqué le sélectionneur, mardi. Ils se sont peut-être déjà croisés. Je n’ai jamais impliqué les joueurs dans la sélection ou la non-sélection d’un joueur. J’ai eu une première vie et c’était déjà le cas comme ça et c’était très bien. Un joueur est un joueur et c’est moi qui prend la décision."

NC